NOUVELLES
15/11/2012 03:22 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Tunisie/attaque anti-américaine: mort d'un suspect en grève de la faim

Un Tunisien de 23 ans, en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur l'attaque en septembre de l'ambassade américaine à Tunis, est mort jeudi après près de deux mois de grève de la faim, a annoncé à l'AFP son avocat, Abdelbasset Ben Mbarek.

"Bechir Gholli, en grève de la faim depuis 57 jours, avait été transféré (de sa cellule) à l'hôpital le 13 novembre et il est mort aujourd'hui (jeudi) d'un arrêt cardiaque", a déclaré l'avocat par téléphone à l'AFP.

M. Gholli était le père d'un enfant de six mois, a précisé l'avocat.

Il était soupçonné d'avoir participé à l'attaque contre l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre, qui avait fait 4 morts parmi les assaillants et qui, selon les autorités, avait été orchestré par la mouvance salafiste jihadiste.

"Il était innocent, il a fait la grève de la faim pour se défendre", a déclaré l'avocat, assurant que son client n'était pas un salafiste.

Un second suspect en grève de la faim, Mohamed Bakhti, 28 ans, est "dans un état critique", a rappelé Me Ben Mbarek.

Le ministère de la Justice, contacté par l'AFP, n'a pas souhaité commenter cette information.

Une source judiciaire a néanmoins indiqué à l'AFP que deux suspects, arrêtés pour leur rôle dans l'attaque contre l'ambassade américaine, étaient hospitalisées jeudi matin dans un état critique.

Des centaines de militants tunisiens, salafistes pour la plupart, avaient attaqué la représentation diplomatique américaine à Tunis le 14 septembre, l'incendiant partiellement, pour protester contre la diffusion sur internet d'un film islamophobe produit aux Etats-Unis.

Plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête, et la mouvance salafiste jihadiste a dénoncé une répression injustifiée à son encontre.

Les flambées de violences salafistes interviennent régulièrement en Tunisie depuis la révolution de janvier 2011.

Fin octobre, deux militants de cette mouvance sunnite rigoriste étaient morts dans la banlieue de Tunis lors d'attaques contre deux postes de la garde nationale.

ms-alf/fc