NOUVELLES
15/11/2012 03:25 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Trois Israéliens, 3 Palestiniens tués au 2e jour de l'opération contre Gaza

Trois Palestiniens ont été tués jeudi lors d'un raid aérien sur Gaza, et trois Israéliens tués par une roquette, au deuxième jour d'une vaste opération militaire israélienne nommée "Pilier de Défense" contre les groupes armés du territoire palestinien.

Les trois hommes visés jeudi matin par l'aviation israélienne à Khan Younès (sud du territoire) appartenaient aux Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas au pouvoir à Gaza, selon un communiqué de cette organisation.

Au total, onze Palestiniens ont péri, dont deux mineurs et une femme, et 115 ont été blessés depuis le début de l'opération "Pilier de Défense" déclenchée mercredi avec l'assassinat ciblé du chef des opérations militaires du Hamas, Ahmad Jaabari.

Les funérailles d'Ahmad Jaabari ont commencé dans la matinée en présence de centaines de personnes, dont des dizaines de militants armés du Hamas, a constaté l'AFP.

En Israël, trois personnes ont été tuées en début de matinée par une roquette tirée sur la ville de Kyriat Malachi, à 30 kilomètres de la bande de Gaza, a indiqué la police.

"Trois personnes ont été tuées et deux autres blessées légèrement par un tir de roquette Grad contre un immeuble d'habitation à Kyriat Malachi", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld.

La télévision a diffusé des images d'un appartement dévasté, au dernier étage d'un immeuble touché de plein fouet par un projectile.

La police a fait état de salves de roquettes tirées de Gaza sans discontinuer sur le sud d'Israël, notamment sur les villes d'Ashdod, Ashkelon, Gan Yavné, Kyriat Gat et Beersheva, la capitale de Néguev, à 40 km du territoire palestinien, causant des dégâts matériels.

Israël a essuyé quelque 130 tirs de roquettes depuis mercredi après-midi, a précisé la police, dont 27 ont été interceptées.

Les cours dans les écoles ont été suspendus dans toutes les agglomérations du sud d'Israël situées dans un rayon de 40 km de la bande de Gaza.

La Défense passive a appelé la population à rester à proximité des abris et à éviter tout rassemblement jusqu'à nouvel ordre.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a indiqué avoir visé dans la nuit de mercredi à jeudi "une centaine de roquettes à moyenne et longue portée et des infrastructures", endommageant ainsi "de façon significative les capacités du Hamas à tirer des roquettes ainsi que ses dépôts de munitions".

"L'aviation a en outre visé divers groupes qui s'apprêtaient à tirer des roquettes contre le sud d'Israël. Des chars ont aussi ouvert le feu", a ajouté l'armée.

Selon un autre communiqué militaire, "l'aviation a dispersé jeudi matin des tracts appelant la population civile de la bande de Gaza à s'éloigner pour sa propre sécurité des installations du Hamas".

"Les sites de roquettes Fajr-5 (roquettes à longue portée de fabrication iranienne, ndlr) du Hamas ont été très sérieusement touchés, de même que ses installations de production d'armements et ses dépôts d'armes", a de son côté indiqué à l'AFP la porte-parole de l'armée israélienne, Avital Leibovich.

Les Brigades al-Qassam ont revendiqué le tir d'au moins 100 roquettes contre Israël, visant notamment Tel Aviv, mais l'armée a démenti tout tir en direction de la métropole israélienne.

Des centaines de policiers ont été déployés "dans tous les secteurs sensibles du territoire israélien" pour parer à d'éventuels attentats palestiniens, a précisé la police.

Le ministre israélien de l'Education Guidéon Saar, proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a indiqué à la radio publique israélienne qu'"aucune décision n'a été prise pour le déclenchement d'une opération terrestre contre la bande de Gaza".

Selon M. Saar, "une telle opération n'est pas exclue et l'armée y est prête".

Mercredi soir à l'ONU, l'ambassadrice américaine Susan Rice a réaffirmé le soutien ferme des Etats-Unis à l'Etat hébreu face aux attaques "brutales" du Hamas.

L'Egypte, qui avait contribué à l'accalmie observée la veille après trois jours d'affrontements, a rappelé son ambassadeur en signe de protestation. Les Frères musulmans au pouvoir au Caire sont considérés comme la maison mère du Hamas.

sa-chw-agr/cnp