NOUVELLES
15/11/2012 11:42 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Syrie: la région de Damas pilonnée, bataille autour de l'aéroport d'Alep (ONG)

La région de Damas était jeudi sous le feu de l'artillerie et de l'aviation de l'armée syrienne qui y mène une vaste opération, tandis que des combats faisaient rage autour de l'aéroport d'Alep (nord), a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon un bilan provisoire de l'OSDH, les violences ont fait jeudi au moins 48 morts.

La périphérie sud et est de Damas était la cible de l'artillerie, selon l'OSDH qui a également fait état de combats dans le secteur. Parallèlement, des raids aériens visaient Saqba et Zamalka, au nord-est de Damas.

Les villes de Daraya (sud-ouest) et de Mouadamiya al-Cham (nord-est) étaient parmi les plus touchées par l'offensive de l'armée. Selon le réseau de militants de la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), la situation humanitaire est grave dans ces deux villes.

Les quartiers du sud de Damas, où rebelles et soldats luttent depuis plusieurs jours pour leur contrôle, étaient également visés par des bombardements, en particulier celui de Tadamoun, selon l'OSDH.

Ailleurs dans le pays, des combats opposaient l'armée aux rebelles autour de l'aéroport militaire de Menagh, tandis que les insurgés ont attaqué l'aéroport militaire de Nayrab, dans la ville d'Alep.

Selon l'OSDH, une organisation basée au Royaume-Uni et s'appuyant sur un réseau de militants et de sources médicales dans les hôpitaux civils et militaires du pays, il y a 80 cadavres de soldats dans l'enceinte de l'aéroport de Nayrab.

"Les autorités retardent la remise des corps des soldats à leurs familles, parfois un mois après leur mort", a ajouté l'OSDH, précisant qu'il s'agissait à la fois d'une "politique délibérée" et d'une situation liée "aux affrontements sur la route de l'aéroport".

L'armée bombardait aussi la ville rebelle d'Azaz, près de la Turquie, et a lancé plusieurs raids aériens contre Maaret al-Noomane (nord-ouest), qu'elle tente de reprendre aux rebelles.

A Boukamal, sur la frontière irakienne, huit soldats et trois rebelles ont péri dans des combats qui ont permis aux insurgés de s'emparer de deux sièges de la Sécurité, selon l'OSDH. Comme à chaque prise rebelle, l'aviation est rapidement arrivée pour bombarder les bâtiments.

L'armée a tué de nombreux "terroristes" à Boukamal, a assuré l'agence officielle Sana.

Selon le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, "l'aéroport militaire de Hamdane est la dernière position du régime à Boukamal. S'il tombe dans les mains des rebelles (...), cela signifiera qu'ils auront sous leur contrôle tout le territoire allant de la frontière irakienne à la ville de Deir Ezzor".

Dans le centre du pays, l'armée a mené une incursion majeure dans un quartier de la ville de Homs, Al-Waar, faisant plusieurs morts et blessés graves. Et de nombreux civils, dont des enfants, ont été blessés dans des bombardements sur Qousseir, selon l'OSDH.

Les violences en Syrie ont fait plus de 39.000 morts en 20 mois, selon un dernier bilan de l'OSDH.

rd/sbh/feb/cco/fc