NOUVELLES
15/11/2012 01:30 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Nouvelle démission de taille chez le parti Union Montréal: Marvin Rotrand quitte

MONTRÉAL - Le bateau prend l'eau à Union Montréal. Le parti de l'ex-maire Gérald Tremblay a perdu son leader, Marvin Rotrand, qui a annoncé son départ jeudi, la veille du vote du conseil municipal pour désigner le nouveau maire par intérim.

En quittant à son tour le parti, il a annoncé qu'il accordait son appui à Michael Applebaum, ex-président du comité exécutif de la Ville, qui a démissionné avec fracas plus tôt cette semaine.

M. Rotrand juge que M. Applebaum est le mieux placé pour apporter des changements au conseil de ville de Montréal. Il en fait son candidat et lui donne son appui pour le poste de maire intérimaire. Il estime qu'il s'agit d'une personne qui permettra une administration plus collégiale, moins conflictuelle et dans l'intérêt du public.

L'identité du maire par intérim doit être dévoilée vendredi. Il reviendra aux membres du conseil municipal de décider d'un successeur à Gérald Tremblay lors d'une assemblée extraordinaire qui débutera à 10h00. Outre M. Applebaum, Richard Deschamps a soumis sa candidature, à titre de candidat officiel d'Union Montréal.

Chaque candidat prendra la parole pendant un maximum de 20 minutes pour faire valoir sa candidature devant les autres membres du conseil. Les élus seront ensuite appelés à voter par scrutin secret.

La chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Louise Harel, a fait savoir en fin de journée, jeudi, que son parti Vision Montréal ne présenterait pas de candidat. Elle a aussi indiqué que les élus de son parti n'allaient pas annuler leur vote, ajoutant qu'ils ont le «devoir» de choisir un maire par intérim et que «nous n'allons pas nous défiler».

En plus de M. Rotrand, trois autres membres d'Union Montréal ont annoncé jeudi qu'ils quittaient le parti. Il s'agit de Ginette Marotte, Christian G. Dubois et Daniel Bélanger.

La veille, cinq autres membres, Susan Clarke, Lionel Perez, Frank Veneri, Alain Tassé et Frantz Benjamin, avaient fait savoir qu'ils siégeront désormais en tant que conseillers indépendants.

Avec cette vague de démissions, Union Montréal a perdu sa majorité à l'hôtel de ville.

En vertu de la Loi des cités et villes, une élection complémentaire n'est pas nécessaire parce que le maire Tremblay a annoncé son départ moins d'un an avant la tenue des prochaines élections générales.