NOUVELLES
15/11/2012 09:58 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Mali : Tunis met en garde contre une "intervention militaire irréfléchie"

La présidence tunisienne a mis en garde contre une "intervention militaire irréfléchie au Mali", estimant qu'une telle opération pourrait "menacer" les pays du Maghreb, a indiqué l'agence officielle TAP jeudi.

La présidence a estimé qu'une intervention armée "pourrait transformer la région en un foyer de tensions extrêmes aux frontières des pays du Maghreb et menacer leur sécurité".

"La Tunisie considère que toutes les voies pacifiques doivent être épuisées pour résoudre la crise au Mali avant de déclencher une guerre dans la région", juge-t-elle.

Elle appelle cependant à renforcer les capacités de défense" des autorités centrales maliennes pour "leur permettre de reprendre le contrôle du territoire malien et de l'unifier".

Le nord du Mali est contrôlé depuis avril par plusieurs groupes islamistes armés: Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) essentiellement composé de Touareg maliens, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) surtout formée de jihadistes étrangers et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), dissidence d'Aqmi.

Ces groupes y appliquent de façon très stricte la charia (amputations, lapidations...), commettant de nombreuses exactions sur les civils et multipliant les destructions de mausolées.

Sous la menace d'une intervention armée africaine, Ansar Dine s'est dit prêt mercredi à renoncer à imposer la charia dans tout le Mali et à engager des négociations avec les autorités maliennes pour "se débarrasser du terrorisme et des mouvements étrangers".

alf/feb