NOUVELLES
15/11/2012 10:07 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Le conflit à Gaza, un mauvais coup pour la candidature palestinienne à l'ONU

Les raids aériens israéliens au-dessus de la bande de Gaza mercredi ont accru les tensions autour de la prochaine candidature des Palestiniens qui souhaitent obtenir dans les semaines à venir le statut d'Etat non membre à l'ONU.

Selon l'envoyé spécial palestinien aux Nations unies, les attaques, qui ont notamment causé la mort du chef militaire du Hamas à Gaza, Ahmed Jaabari, étaient délibérément destinées à torpiller la candidature palestinienne à l'ONU. Elles viseraient aussi à influer sur les élections générales de janvier en Israël.

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prosor, estime de son côté que les événements de Gaza montrent combien la candidature palestinienne à l'ONU est déplacée: "Ils devraient modifier leur demande, d'un +Etat non membre+ à un +Etat terroriste non membre+", a-t-il lancé.

Les Etats-Unis et Israël sont très opposés à la candidature palestinienne, que Mahmoud Abbas doit présenter à l'Assemblée générale de l'ONU le 29 novembre.

Selon eux il ne peut y avoir d'Etat palestinien sans pourparlers de paix, mais ceux-ci sont au point mort depuis deux ans. Les Palestiniens refusent en effet toute négociation tant qu'Israël étend ses colonies dans les territoires occupés. Toutefois, M. Abbas a affirmé qu'il était prêt à reprendre les négociations si la demande palestinienne était acceptée à l'ONU.

"Les raids sur Gaza vont rendre encore plus compliquées les négociations autour des Palestiniens", souligne un diplomate occidental s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Les Européens demandent à Mahmoud Abbas de reporter sa demande à l'ONU après les élections israéliennes et l'investiture du président Barack Obama en janvier, afin de donner plus de temps aux Etats-Unis pour préparer un nouveau plan de paix.

"Les Palestiniens font cela (leur candidature à l'ONU) parce qu'ils sont frustrés, ils considèrent qu'ils n'ont rien à perdre de tenter leur chance maintenant, donc ils ne changeront pas de position si les Etats-Unis n'ont pas quelque chose à leur offrir", estime un diplomate du Moyen-Orient.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice, qui a fermement soutenu les raids militaires israéliens lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité mercredi soir, dit quant à elle que les tirs de roquettes depuis Gaza plombent les efforts pour tenter de mettre fin au conflit dans la région.

"Le Hamas affirme que le sort du peuple palestinien lui tient à coeur, mais il continue ses actes violents qui ne font que desservir la cause des Palestiniens", a déclaré Mme Rice, qui pourrait bientôt devenir la nouvelle secrétaire d'Etat de Barack Obama.

L'ambasadeur d'Israël aux Nations unies a aussi prévenu qu'un succès palestinien à l'ONU pourrait conduire à un accroissement des violences. "Le mirage d'un statut d'Etat virtuel ne changera rien sur le terrain, cela fera naître des espoirs qui ne pourront pas être atteints", a-t-il dit.

Selon l'envoyé spécial palestinien aux Nations unies, les Israéliens sont "morts de peur" à l'idée que les Palestiniens soient admis à l'Assemblée générale.

"Je pense que les raids israéliens sur Gaza sont intervenus pour essayer de détourner l'attention des efforts que nous produisons pour mobiliser la communauté internationale", note-t-il alors que Mahmoud Abbas était par exemple mercredi en Suisse pour tenter d'obtenir un soutien à ses projets.

"Etre admis à l'ONU nous ouvrirait tant de portes et nous permettrait de pouvoir mieux nous défendre politiquement, diplomatiquement et légalement", a conclu M. Mansour.

tw/bdx/jca