Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Jamais deux sans trois

Personne ne pourra reprocher un manque de persévérance au Qatar ou à sa capitale Doha. Malgré deux échecs cuisants, le pays a déposé une nouvelle candidature pour les Jeux olympiques d'été de 2024.

Éliminée dès la phase initiale pour 2016 (à la faveur de Rio) et 2020, Doha se retrousse les manches et se lance avec les plans de constructions de 19 nouveaux sites de compétitions capables d'accueillir des événements sportifs d'envergure internationale.

Le Qatar, déjà retenu pour la présentation de la Coupe du monde de soccer en 2022, voit grand.

Selon les prévisions qui couvrent la période 2012-2030, onze nouveaux sites seront ajoutés aux huit déjà planifiés par le Comité olympique du Qatar (QOC) qui a également fait procéder à l'expertise de 62 sites de compétition déjà existants.

« Chaque candidature s'enrichit de la précédente », a estimé Sheikh Saoud Bin Abdulrahman Al Thani, secrétaire général du QOC, prédisant que le futur dossier de Doha pour 2024 serait celui qui fera la différence.

Pendant ce temps, pour certains observateurs considèrent que l'opposition du CIO à une candidature qatarie est une affaire de principe, notamment en raison de la petite taille du pays.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.