NOUVELLES
15/11/2012 08:41 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Israël ne pourra pas l'emporter à Gaza, selon le chef du Hamas

Israël ne l'emportera jamais à Gaza, a déclaré jeudi au Soudan Khaled Mechaal, le chef en exil du mouvement palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

"Cet ennemi est faible et ne peut pas l'emporter à Gaza", a déclaré M. Mechaal lors d'une conférence réunissant à Khartoum des islamistes soudanais.

Ces déclarations interviennent au moment où Israël multipliait les raids aériens sur Gaza, tuant sept Palestiniens jeudi, au deuxième jour de l'opération "Pilier de Défense", la plus importante offensive israélienne contre la bande de Gaza depuis quatre ans.

L'opération a débuté mercredi après-midi avec l'assassinat ciblé du chef des opérations militaires du Hamas, Ahmad Jaabari. Depuis, plus de 200 roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël, selon un bilan israélien.

"Les Palestiniens et les Palestiniennes continueront à résister", a lancé M. Mechaal dans un discours d'une demi-heure, assurant que "des femmes et des hommes sont impatients de se lancer dans le jihad (guerre sainte) et le martyre".

"J'appelle mes frères qui ont le doigt sur la gâchette à mener cette bataille avec sagesse et courage", a-t-il ajouté, assurant que "la guerre contre l'ennemi va se poursuivre même après que Jaabari nous a quittés".

Evoquant l'explosion ayant touché une usine d'armement soudanaise fin octobre, attribuée par Khartoum à une attaque israélienne, il a déclaré: "Je veux dire aux Soudanais: notre ennemi est votre ennemi, et notre ennemi vous combat sur le territoire soudanais, à Port-Soudan et à Yarmouk".

Le Soudan a accusé Israël d'avoir bombardé fin octobre l'usine militaire de Yarmouk à Khartoum, faisant deux morts.

Un haut responsable du ministère israélien de la Défense avait réagi en qualifiant le Soudan d'"Etat terroriste dangereux", sans revendiquer explicitement le bombardement de l'usine.

En avril 2011, le Soudan avait déjà accusé l'Etat hébreu d'être derrière un mystérieux raid aérien contre un véhicule, qui avait déjà fait deux morts à Port-Soudan. Israël n'avait alors fait aucun commentaire.

bur-it/cnp/cco