NOUVELLES
15/11/2012 10:46 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Europe spatiale: la France pour une Ariane 6 dès 2021, avec une phase de transition

La France veut obtenir la semaine prochaine à Naples un engagement européen sur le développement pour 2021 d'une fusée nouvelle génération, tout en préparant la transition avec une version améliorée d'Ariane 5, selon la ministre Geneviève Fioraso.

La ministre de la Recherche, qui représentera la France à la réunion du Conseil de l'Agence spatiale europénne (ESA) prévue les 20 et 21 novembre à Naples, présentait jeudi à des journalistes cette "ambition française" pour l'avenir de l'Europe spatiale.

"Nous sommes raisonnablement optimistes" sur les chances de cette proposition "ambitieuse et réaliste", également portée par le directeur général de l'ESA, le Français Jean-Jacques Dordain, a affirmé Mme Fioraso.

Les industriels du secteur spatial, français et étrangers, étaient jusqu'alors plutôt favorables à une phase intermédiaire privilégiant le développement d'Ariane 5 ME (pour "mid-life evolution"), une version évoluée qui a le mérite à leurs yeux d'être à la fois moins coûteuse, plus rapide, et surtout de limiter les risques de rupture technologique.

Les acteurs institutionnels, comme l'Agence spatiale européenne (ESA) ou son homologue française (CNES), veulent développer sans tarder un lanceur nouvelle génération (souvent surnommé "Ariane 6") afin de répondre à l'évolution prévue du marché vers plus de flexibilité.

Mme Fioraso assure avoir réussi à faire converger les points de vue à la veille de la réunion ministérielle de l'ESA à Naples.

"L'offre France", selon ses termes, sera "d'acter dès Naples le lanceur nouvelle génération en lançant un programme préparatoire", qui donnera 18 mois aux industriels et aux acteurs de la recherche pour faire des propositions concrètes et techniques en vue d'une Ariane 6 opérationnelle dès 2021.

Parallèlement, les Etats membres s'engageraient sur un programme Ariane 5 ME qui permette sur dix ans de "gérer la transition en maintenant les emplois et les expertises, mais avec des synergies pour Ariane 6", a expliqué la ministre.

"Le développement d'Ariane 5 ME devrait au maximum servir, ou être transposable, pour Ariane 6", a-t-elle insisté.

ban/vm/nou/plh