NOUVELLES
15/11/2012 01:58 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Des scientifiques canadiens élaborent les premières normes de stockage de CO2

REGINA - Des scientifiques canadiens ont complété l'élaboration de ce qui seraient les premières normes mondiales de stockage sous terre du gaz carbonique (CO2).

L'International Performance Assessment Centre for Geologic Storage of Carbon Dioxide, qui est établi à Regina, et l'Association canadienne de normalisation (Acnor) planchent sur ces normes depuis 2009.

La chef de la direction du centre, Carmen Dybwad, explique que ces normes précisent les risques que les entreprises devraient évaluer avant de stocker le gaz, notamment en vérifiant les failles géologiques par lesquelles il pourrait fuir.

L'adoption de ces normes — qui ne recommandent ni où ni à quelle profondeur le CO2 devrait être enfoui — serait volontaire. Mme Dybwad croit toutefois que les entreprises y adhéreront pour démontrer à la population que le CO2 est stocké de manière sécuritaire.

Ces normes seront présentées à l'Organisation internationale de normalisation d'ici la fin de l'année, dans l'espoir qu'elles servent de point de départ aux activités internationales de captage et de stockage.

Le captage et le stockage de CO2 vise à injecter dans une formation rocheuse poreuse les émissions polluantes provenant, par exemple, de centrales électriques et de raffineries. Ce procédé vise à empêche le gaz carbonique de s'échapper dans l'atmosphère et de contribuer aux changements climatiques.

Les détracteurs de la technologie affirment toutefois qu'elle n'a pas encore fait ses preuves et que les conséquences éventuelles d'un stockage sous terre sont mal connues.

Des scientifiques affirment que le stockage de CO2 pourrait réduire de 85 à 95 pour cent les émissions industrielles.

PLUS:pc