NOUVELLES
15/11/2012 10:00 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

Bob Rae appelle à une stratégie énergétique nationale sur le prix du carbone

TORONTO - Le chef libéral intérimaire fédéral Bob Rae a appelé à mettre fin à la rhétorique partisane sur la question controversée de la politique de prix pour le carbone.

Il a fait valoir que l'opportunisme politique qui a caractérisé jusqu'à maintenant le débat sur cet enjeu paralysait le réel débat que les Canadiens doivent avoir sur la meilleure façon de réduire les gaz à effet de serre.

Il a déclaré qu'instaurer une politique de prix pour le carbone d'une façon ou d'une autre était inévitable et que même les conservateurs, qui dénoncent cette politique comme étant une «taxe sur tout», l'ont admis par le passé.

L'appel de M. Rae pour une approche plus réfléchie concernant cet enjeu a été lancé lors d'un discours prononcé à Toronto et dont le texte avait été rendu public auparavant.

Le discours portait sur la nécessité d'un leadership fédéral de façon à s'assurer que la richesse liée aux ressources canadiennes soit exploitée de façon durable et responsable afin qu'elle profite à tous les citoyens du pays.

Dans son discours, M. Rae a présenté les conservateurs et les néo-démocrates comme étant deux partis aux antipodes concernant le développement des ressources, alors que son parti se situerait au centre.

«Certains voient cette richesse en ressources comme une malédiction, même une maladie», a-t-il lancé, en référence aux déclarations du chef néo-démocrate Thomas Mulcair sur le fait que le secteur énergétique canadien a fait gonfler la valeur du dollar canadien. Ceci aurait eu pour effet de dévaster le secteur manufacturier, soutient M. Mulcair, un phénomène qui porte le nom du syndrome hollandais.

Tout aussi mal avisés sont les conservateurs, qui veulent exploiter les ressources le plus rapidement possible pour réaliser des gains à court terme, a déclaré M. Rae.

Ce dernier a de plus soutenu que le gouvernement fédéral devrait réunir les gouvernements provinciaux, territoriaux, municipaux et autochtones dans le but de développer une stratégie énergétique nationale.