NOUVELLES
14/11/2012 09:27 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Un lien entre dépression et risque d'alzheimer

Certaines personnes souffrant de dépression clinique seraient plus à risque d'être atteintes de la maladie d'Alzheimer plus tard dans leur vie, suggère une étude saskatchewanaise.

Selon les travaux dirigés par le Dr Darrell Mousseau, professeur agrégé au Département de psychiatrie de l'Université de la Saskatchewan, les médicaments utilisés dans le traitement de la dépression pourraient aussi augmenter le risque d'alzheimer.

Les recherches du Dr Mousseau sur des cellules en laboratoire ont montré que la dépression cause des changements au niveau moléculaire.

Ces changements augmentent les risques de développer la tristement célèbre maladie neurodégénérative caractérisée par une perte progressive de la mémoire.

« Si on peut démontrer que ce mécanisme opère toutes les fois dans les modèles d'alzheimer, alors il y a une forte chance que ça va aussi bénéficier certains patients qui ont la maladie », explique le chercheur.

Les résultats de l'étude n'ont pas été reproduits chez les humains pour le moment. Le Dr Mousseau espère obtenir le financement nécessaire dès que possible pour pousser plus loin sa recherche.

Il croit que les résultats pourraient aider à dépister l'alzheimer chez des patients avant qu'ils ne démontrent des symptômes.

« On pourrait peut-être leur donner un médicament ou [leur suggérer] un changement de mode de vie ou d'alimentation, etc., afin que cela ralentisse la progression de la maladie avant même, peut-être, qu'elle ne commence », évoque-t-il.

Le Dr Mousseau a présenté ses travaux mardi soir, durant une conférence organisée par le chapitre saskatchewanais de l'Association francophone pour le savoir.

Il a rappelé que la meilleure façon de réduire les chances d'être atteint d'alzheimer est de faire de l'exercice régulièrement.

D'après un reportage de Josée St-Onge