NOUVELLES
14/11/2012 05:02 EST | Actualisé 13/01/2013 05:12 EST

Non aux hausses de loyer abusives, dit le BAIL

Le BAIL, le Bureau d'animation et information logement du Québec métropolitain, affirme que 9 locataires sur 10 ont reçu une hausse abusive de loyer en 2012. L'organisme se base sur la recommandation de la Régie du logement pour faire ce constat.

La Régie du logement proposait des augmentations maximales de 1 %, sauf pour les immeubles chauffés au mazout. Or, le BAIL, qui défend les droits des locataires, note plutôt une augmentation de 3,8 %.

Le BAIL réclame que le gouvernement instaure un contrôle obligatoire et universel des loyers. Nicole Dionne, coordonnatrice du BAIL, soutient que les propriétaires utilisent souvent l'argument des prix du marché pour justifier la hausse . « Votre loyer est moins cher que l'autre parce que ça fait longtemps que vous êtes dans le logement. Maintenant, il faut que je fasse du rattrapage », relate Nicole Dionne en reprenant le discours de propriétaires. Elle soutient que les locataires ne devraient pas se laisser influencer par de tels propos.

Depuis le début des années 2000 dans la région de Québec, le loyer mensuel moyen d'un logement de deux chambres est passé de 518 $ à 718 $.