NOUVELLES
14/11/2012 01:30 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Mort du chef militaire du Hamas visé par un raid israélien à Gaza

Le chef des opérations militaires du Hamas, Ahmad Jaabari, a été tué mercredi à Gaza par un raid de l'armée israélienne qui a lancé une opération contre les groupes armés du territoire palestinien.

Ahmad Jaabari, tué dans l'après-midi avec son garde du corps par un raid aérien visant une voiture dans la ville de Gaza, est le plus important chef militaire palestinien à avoir été frappé par une "élimination ciblée" depuis la fin de la dévastatrice offensive israélienne de janvier 2009.

Une vingtaine de raids israéliens ont ensuite frappé la bande de Gaza. Les raids ont fait au total sept morts, dont Ahmad Jaabari, et 45 blessés, selon des sources médicales.

Ces frappes interviennent au lendemain d'une journée d'accalmie, après trois jours d'affrontements pendant lesquels sept Palestiniens, quatre civils et trois combattants, avaient été tués, et huit Israéliens, dont quatre soldats, blessés.

Avant même l'annonce officielle de la mort, des centaines de membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, aile militaire du Hamas, s'étaient rassemblés en criant vengeance autour de l'hôpital Al-Chifa, ou avait été conduit leur chef.

Dans un communiqué, les Brigades Ezzedine al-Qassam déclarent porter le deuil d'Ahmad Jaabari et "s'engagent à continuer sur le chemin de la résistance", assurant que "l'occupant a ouvert sur lui-même les portes de l'enfer".

Le porte-parole du gouvernement du Hamas, au pouvoir à Gaza, Taher al-Nounou, a déclaré à l'AFP qu'"Israël portait la responsabilité de ces crimes et de leurs graves conséquences".

Un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a affirmé que "l'occupant avait franchi toutes les lignes rouges, ce qui équivaut à une déclaration de guerre, avec tout ce que cela implique, et le payera très cher".

L'armée israélienne a indiqué avoir visé des "sites (de lancement) de roquettes de longue portée (plus de 40 kilomètres) opérés par le Hamas".

Elle a confirmé le raid contre Jaabari, ajoutant qu'il "visait à paralyser la chaîne de commandement et de contrôle de la direction du Hamas, ainsi que son infrastructure terroriste".

Ce raid marque le début d'une opération plus vaste, a annoncé la porte-parole de l'armée israélienne, le lieutenant-colonel Avital Leibovich.

"Après les tirs de roquettes de ces derniers jours contre Israël, le chef d'état-major a décidé d'autoriser une opération contre les organisations terroristes de Gaza, le Hamas, le Jihad islamique et d'autres", a-t-elle déclaré.

Aux Etats-Unis, le Pentagone a indiqué "surveiller de près la situation" à Gaza, affirmant le droit d'Israël à se "défendre contre le terrorisme".

Lors d'une conversation téléphonique avec le président américain Barack Obama, le chef de l'Etat israélien Shimon Peres lui a "expliqué les motivations" de l'opération, selon un communiqué de son bureau.

Le président Mahmoud Abbas, dont l'Autorité palestinienne gouverne la Cisjordanie, a appelé mercredi soir la Ligue arabe à convoquer "une réunion d'urgence pour discuter de "la dangereuse escalade israélienne et de l'agression brutale dans la bande de Gaza".

Le négociateur palestinien Saëb Erakat a déclaré qu'"il semblait qu'Israël préparait une agression globale dans la bande de Gaza, malgré les efforts égyptiens pour parvenir à une accalmie".

Selon des témoins palestiniens, des dizaines de chars israéliens étaient stationnés à l'extérieur de la bande de Gaza, près de la barrière de sécurité entre Israël et le territoire palestinien.

"Si nécessaire, l'armée est prête à lancer une opération terrestre à Gaza", a souligné un porte-parole militaire israélien sur son compte officiel Twitter.

Ahmad Jaabari, apparu en public le 18 octobre 2011 pour remettre le soldat israélien Gilad Shalit aux médiateurs égyptiens lors de son échange contre un millier de prisonniers palestiniens, était officiellement le lieutenant du chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, Mohammad Deïf.

Connu à Gaza comme "le général", ou "le chef d'état-major", il est devenu en 2003, le chef exécutif de fait de la branche armée du Hamas à la suite d'un raid israélien au cours duquel Mohammad Deïf a été blessé.

bur-sst/agr/feb