NOUVELLES
14/11/2012 05:11 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Les pays du G7+ réunis en Haïti réclament le respect de leur souveraineté

Les représentants du G7+, qui regroupe les pays les plus fragiles, ont clôturé mercredi en Haïti la deuxième réunion ministérielle du groupe en appelant les pays développées à "respecter la souveraineté des pays en voie de développement".

Dans sa déclaration finale, le G7+ a adopté la position selon laquelle "l'aide ne doit pas être conditionnelle et les pays développés doivent respecter la souveraineté des pays en voie de développement, reconnaissant ainsi l'appropriation nationale de priorités, planification, politique et processus", lit-on dans le document.

Le G7+ encourage par ailleurs la coopération émergente sud-sud en tant que complément de la coopération nord-sud et invite les pays développés à remplir leurs engagements au titre de l'aide publique au développement (APD).

Souhaitant attirer l'attention sur les défis auxquels ils sont confrontés, les pays membres du G7+ avaient appelé mardi à un "New deal" avec les bailleurs internationaux.

Cette "nouvelle donne" permettrait de mieux faire face aux problèmes rencontrés par les pays du G7+, chacun ayant des besoins différents.

"Nous sommes déterminés à poursuivre nos efforts d'une seule voix dans notre mission à bâtir des Etats solides et à répondre aux besoins de nos concitoyens", conclut la déclaration finale.

Le G7+ regroupe 17 pays, principalement en Afrique. Haïti, l'Afghanistan, le Timor oriental, la Papouasie ou les îles Salomon en font également partie. A la clôture de la réunion ministérielle, les participants ont annoncé que les Comores avaient également accepté de rejoindre le G7+.

cre/bdx