NOUVELLES
14/11/2012 09:30 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Le pétrole hésite à New York face à des données économiques mitigées

Les prix du pétrole hésitaient autour de l'équilibre mercredi peu après l'ouverture à New York, les courtiers restant sur la réserve face à une prévision d'une hausse des réserves de brut aux Etats-Unis et à des données économiques mitigées.

Vers 14H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en décembre grappillait 5 cents, à 85,43 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) après avoir débuté en baisse.

Le département américain de l'Energie (DoE) doit publier jeudi, avec un jour de retard en raison d'un journée fériée lundi aux Etats-Unis, ses chiffres hebdomadaires sur les réserves de pétrole du pays, et "le marché s'attend à une hausse des stocks de brut, qui confirmerait la tendance observée ces derniers mois", a noté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Selon les analystes interrogés par Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'une nouvelle augmentation, de 1,5 million de barils, des stocks américains de brut sur la semaine achevée le 9 novembre.

Les stocks d'essence sont quant à eux attendus en hausse de 200.000 barils, et ceux de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver, en repli de 500.000 barils.

Les courtiers s'inquiètent par ailleurs des "signaux économiques mitigés publiés à Washington", a remarqué M. Lipow.

Selon le département américain du Commerce, les ventes au détail ont baissé aux Etats-Unis en octobre après trois mois de hausse, reculant de 0,3% alors que la prévision médiane des analystes les donnait en baisse de 0,2%.

Le département américain du Travail a de son côté annoncé que les prix à la production avaient baissé dans le pays en octobre après quatre mois de hausse, se repliant de 0,2% par rapport au mois précédent. Ils ont notamment été tirés vers le bas par un recul des prix de l'énergie, de 0,5%.

Les cours étaient toutefois aidés par un léger fléchissement du billet vert, qui rendait plus attractifs les achats de brut libellés en dollars pour les investisseurs munis d'autres devises.

"Les tensions géopolitiques qui montent dans plusieurs parties du monde" soutiennent aussi les prix du brut, a noté Matt Smith, de Schneider Electric, mettant en exergue des troubles en Jordanie.

D'importantes grèves et manifestations étaient prévues mercredi dans ce pays, après une nuit marquée par des protestations ayant dégénéré en violences suite à l'augmentation des prix du carburant.

jum/sl/are

PLUS:afp