NOUVELLES
14/11/2012 04:40 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Le FBI ajoute 2 suspects sur sa liste terroriste, dont un rappeur jihadiste

Le FBI a annoncé mercredi avoir ajouté sur sa liste des terroristes les plus recherchés, l'Américain Omar Shafik Hammami, connu pour prêcher le jihad sur des morceaux de rap en Somalie, et le Philippin Raddulan Sahiron, impliqué dans l'enlèvement d'un Américain en 1993.

Le premier, originaire de l'Alabama (sud des Etats-Unis), serait devenu l'un des responsables de l'organisation des insurgés islamistes shebab en Somalie, où il vivrait actuellement. Cette organisation a été qualifiée de groupe terroriste par le département d'Etat en 2008, selon un communiqué de la police fédérale américaine.

Connu aussi sous le nom de Abou Mansour al-Amriki, Hammami, 26 ans, a sorti des morceaux de rap sur internet depuis 2009, dans lesquels il chante en anglais a capella. Bien que la musique soit interdite selon l'interprétation stricte du coran par Al-Qaïda, Hammami explique, dans ses chansons, souhaiter être abattu par un drone ou de missile de croisière pour mourir en martyr. Il invite les jeunes à rejoindre le jihad pour "rayer Israël du globe" et il encourage à frapper les forces militaires américaines en Afghanistan ou en Somalie.

Hammami, inculpé pour différents chefs d'accusation de terrorisme aux Etats-Unis, a "à plusieurs reprises proféré des menaces d'attentats terroristes contre les Etats-Unis et les intérêts américains", selon le FBI. Un mandat d'arrêt international a été émis à son encontre en 2007.

Le Philippin Sahiron est pour sa part recherché pour son implication dans l'enlèvement d'un Américain aux Philippines en 1993 par le groupe islamiste Abou Sayyaf, lié à Al-Qaïda, dont il serait un dirigeant aujourd'hui, et désigné comme une organisation terroriste par les Etats-Unis en 1997, ajoute le communiqué du FBI.

Amputé au coude droit, l'homme, qui vivrait actuellement dans l'archipel philippin de Sulu, a été inculpé en 2007 pour l'enlèvement d'un ressortissant américain, retenu captif pendant 23 jours en 1993 sur l'île de Jolo. Un mandat d'arrêt international avait été émis contre lui, avec une récompense d'un million de dollars pour toute information menant à sa capture.

Fondé au début des années 90, Abou Sayyaf ne compte plus que quelques 300 membres, mais survit grâce au soutien de communautés musulmanes dans le sud des Philippines et à l'argent tiré des enlèvements et autres activités criminelles.

La liste du FBI des terroristes les plus recherchés a été créée en octobre 2001, au lendemain des attentats du 11-Septembre.

Dans son communiqué, le FBI précise en outre chercher à obtenir des renseignements sur un troisième homme, Shaykh Aminullah, pour l'interroger dans le cadre d'une enquête pour soutien matériel à une organisation terroriste avec l'aide du groupe pakistanais Lashkar-e-Taïba (LeT), désigné comme terroriste par les Etats-Unis en 2001.

Ce suspect, qui vivrait à Peshawar, au Pakistan, est accusé notamment d'avoir procuré un soutien financier, matériel et humain au réseau Al-Qaïda et aux talibans.

chv/rap