NOUVELLES
14/11/2012 02:47 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Iran: il reste une "fenêtre" pour résoudre la crise nucléaire (Obama)

Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mercredi qu'il restait une "fenêtre" pour résoudre la crise avec l'Iran sur son programme nucléaire, et promis des efforts diplomatiques à cet effet dans les mois à venir, sans confirmer de pourparlers bilatéraux.

"Je veux vraiment que l'on parvienne à une solution diplomatique au problème. Je l'ai dit clairement avant la campagne (présidentielle), je l'ai dit clairement pendant la campagne et je le dis encore clairement après la campagne, nous ne laisserons pas l'Iran obtenir une arme nucléaire", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse.

"Mais je pense qu'il existe toujours une fenêtre pour nous afin de résoudre cette (affaire) de façon diplomatique. Nous avons imposé les sanctions les plus strictes de l'histoire" contre l'Iran en raison de son programme nucléaire, a encore dit le président, réélu il y a huit jours à la tête de la première puissance mondiale.

Pour lui, ces sanctions, qui visent en particulier les secteurs bancaire et pétrolier iraniens, "ont des conséquences sur l'économie de l'Iran".

"Il devrait y avoir un moyen pour eux de profiter d'une énergie nucléaire pacifique tout en respectant leurs obligations internationales et en donnant des assurances claires à la communauté internationale sur le fait qu'ils n'essaient pas de se doter d'une arme nucléaire", a encore dit M. Obama.

"Je vais essayer de faire des efforts dans les mois à venir pour voir si nous pouvons ouvrir un dialogue, pas seulement entre l'Iran et nous, mais avec la communauté internationale, pour voir si nous pouvons résoudre" ce dossier, a promis le président.

"Je ne peux pas promettre que l'Iran empruntera le chemin qu'il doit emprunter, mais ce serait une solution grandement préférable", a-t-il ajouté, sans assortir ces déclarations de menaces.

M. Obama a toutefois assuré que les informations publiées par le New York Times, avant l'élection, sur le principe de pourparlers bilatéraux entre l'Iran et les Etats-Unis étaient infondées. "Ce n'était pas vrai (à l'époque), et ce n'est pas vrai aujourd'hui", selon lui.

Lundi, les autorités iraniennes avaient souligné que toute décision sur la tenue de discussions bilatérales sur le nucléaire avec les Etats-Unis devrait être prise par le leader suprême, Ali Khamenei.

L'Iran affirme que son programme nucléaire est à visée pacifique, tandis que les Occidentaux et Israël soupçonnent ce pays d'élaborer en secret les bases d'un arsenal atomique.

Un responsable iranien a en outre exprimé l'espoir lundi que les négociations sur le nucléaire avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine, Allemagne) reprendraient "bientôt".

Les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et l'Iran sont rompues depuis 1979, à la suite de la prise en otage de 52 diplomates à l'ambassade américaine à Téhéran qui n'ont été libérés qu'après 444 jours.

tq/jca