NOUVELLES
14/11/2012 04:10 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

Economie: les "chances se sont accumulées en défaveur des pays arabes" (FMI)

Un grand nombre de facteurs minent le rétablissement économique du monde arabe, notamment des pays ayant connu des révolutions et étant importateurs d'hydrocarbures, a relevé mercredi à Tunis le Premier Directeur général adjoint du FMI.

"Les chances semblent s'être accumulées en défaveur des pays arabes en transition: en plus d'une économie mondiale au ralenti et des incertitudes qui se prolongent en Europe, les prix alimentaires et ceux du pétrole en hausse et le conflit en Syrie sont des facteurs qui risquent de miner les gains fragiles acquis", a relevé David Lipton.

"Des progrès ont été faits en matière de transition politique, mais des incertitudes substantielles subsistent, mettant à mal la confiance (des investisseurs) et ralentissant la reprise économique", a-t-il déclaré devant des représentants d'entreprises et de banques tunisiennes.

M. Lipton ne prévoit en particulier pas d'embellie majeure pour 2013, évoquant "une reprise modérée (...) encourageante mais qui ne sera pas suffisante pour résorber de manière décisive le chômage".

Les difficultés économiques et sociales étaient au coeur des révoltes du Printemps arabe, notamment en Tunisie. Le chômage, en particulier des jeunes y reste très élevé et des conflits sociaux dégénèrent régulièrement en affrontements dans les régions tunisiennes.

David Lipton a appelé la Tunisie, et les autres pays de la région, à ne pas renoncer aux réformes pour améliorer l'investissement et la productivité.

"Le temps est venu de mettre en oeuvre les réformes qui peuvent amener à une croissance plus forte et plus large et qui peut créer des emplois pour des millions de personnes", a-t-il souligné.

alf/cco