NOUVELLES
13/11/2012 10:36 EST | Actualisé 13/01/2013 05:12 EST

Madoff: une filiale de Bank of New York paie 210 millions d'amende

Une filiale de gestion d'actifs de l'établissement Bank of New York Mellon a payé 210 millions de dollars d'amende pour mettre fin à des poursuites de l'Etat de New York en relation avec la fraude pyramidale réalisée pendant des années par l'escroc Bernard Madoff.

Le ministre de la Justice de l'Etat de New York, Eric Schneiderman, annonce "un accord amiable de plus de 210 millions de dollars avec Ivy Asset Management, une filiale de Bank of New York Mellon qui conseillait à ses clients d'investir (leurs fonds) auprès du financier Bernard Madoff".

Cet accord met fin aux poursuites de M. Schneiderman, du département américain du Travail et de plaignants individuels, ajoute le communiqué, précisant que les 210 millions reçus plus 9 millions de dollars supplémentaires versés par d'autres accusés vont être restitués aux victimes de la fraude.

Ivy est accusé d'avoir fait perdre plus de 236 millions de dollars à ses clients "en les trompant et en enfreignant ses responsabilités fiduciaires", ajoute le communiqué de M. Schneiderman, soulignant que les victimes de ces malversations comptent "des centaines de petits investisseurs et des dizaines de fonds de retraite et fonds d'assurance santé".

"Un conseiller en investissements devrait avertir ses clients du risque (de leurs placements) mais Ivy a caché délibérément des faits négatifs découverts en étudiant les comptes de Madoff afin de continuer à gagner des millions de dollars de commissions", commente M. Schneiderman, cité dans le communiqué.

"Par conséquent, les clients ont souffert des pertes massives et évitables", conclut-il.

Entre 1998 et 2008, Ivy a reçu 40 millions de dollars pour donner des conseils et étudier des placements auprès de Bernard Madoff pour le compte de ses clients, et l'étude de ces investissements a révélé que M. Madoff n'investissait pas ses fonds comme il le disait, explique le communiqué.

En réponse aux questions des gestionnaires d'Ivy, M. Madoff a donné des explications très diverses et Ivy savait qu'elles étaient fausses.

Dans un courriel spécifique, l'un des employés d'Ivy a même écrit à l'un de ses subordonnés: "vous omettez une possibilité, celle qu'il soit un fraudeur!".

Malgré ces réserves, Ivy n'a pas fait part de ses soupçons à ses clients par crainte de perdre leurs commissions.

Bernard Madoff, 72 ans, a été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour cette escroquerie, estimée entre 23 et plus de 65 milliards de dollars, selon que l'on prenne en compte ou non les intérêts.

ved/jum/rap