NOUVELLES
13/11/2012 11:41 EST | Actualisé 13/01/2013 05:12 EST

Le scandale Petraeus prend une ampleur inattendue et touche un autre général

WASHINGTON - Le scandale d'adultère qui a mené à la démission du patron de la CIA, David Petraeus, a pris une ampleur inattendue mardi. Le plus haut commandant des forces américaines en Afghanistan, le général John Allen, fait l'objet d'une enquête pour des «communications inappropriées» avec la femme qui a reçu des courriels harcelants de l'ancienne maîtresse de David Petraeus.

Plus de 20 000 pages de documents échangés entre le général Allen et Jill Kelley, une personnalité de la vie mondaine en Floride, revêtaient un caractère «de séduction», a déclaré un haut responsable de la Défense à l'Associated Press. Ce responsable a réclamé l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à discuter du dossier publiquement.

Un autre responsable a toutefois affirmé par la suite que les messages n'étaient pas sexuellement explicites. Selon ce responsable, les personnes qui ont lu les documents en question les ont trouvés relativement inoffensifs, même s'ils peuvent avoir un caractère de séduction et être considérés comme non professionnels.

D'après ce responsable, qui a réclamé l'anonymat, les courriels contenaient des petits surnoms affectueux, mais rien n'indique que le général Allen et Jill Kelley entretenaient une relation amoureuse ou que leurs échanges pourraient avoir constitué une menace pour des informations secrètes.

Plus tôt dans la journée, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, avait annoncé l'ouverture d'une enquête interne du Pentagone au sujet des courriels échangés entre John Allen et Jill Kelley.

John Allen a succédé à David Petraeus à la tête des forces américaines en Afghanistan en juillet 2011. Sa nomination comme commandant américain en Europe et comme chef du commandement des forces de l'OTAN en Europe est suspendue depuis la révélation de cette affaire.

Dans un communiqué diffusé mardi par la Maison-Blanche, le porte-parole de la Sécurité nationale, Tommy Vietor, affirme que le président Barack Obama reste déterminé à soutenir les troupes américaines et les partenaires de la coalition en Afghanistan, «que le général Allen continue de commander comme il l'a fait de manière compétente depuis un an».

Des agents du FBI ont mené des perquisitions dans la résidence de Paula Broadwell, la biographe et ex-maîtresse de David Petraeus, une réserviste de l'armée âgée de 40 ans. La révélation de leur relation a provoqué la démission inattendue du patron de la CIA vendredi.

L'aveu de cette relation extraconjugale a surpris le monde politique et le milieu du renseignement à Washington. Le général Petraeus projetait l'image d'un militaire hautement discipliné et a mené une carrière sans reproches. L'ancien général, âgé de 60 ans, a dirigé les opérations américaines en Irak et en Afghanistan avant d'être nommé à la tête de la CIA. Certains lui prêtaient des ambitions présidentielles.

Les courriels menaçants de Paula Broadwell à Jill Kelley, une amie de la famille Petraeus âgée de 37 ans, ont mené le FBI à découvrir des communications entre Mme Broadwell et M. Petraeus indiquant qu'ils entretenaient une relation extraconjugale.

Des documents judiciaires obtenus mardi montrent par ailleurs que David Petraeus et John Allen sont intervenus en septembre en faveur de la soeur jumelle de Jill Kelley, prise dans une dispute judiciaire au sujet de la garde de son fils. Dans le document, un juge affirme que la soeur de Mme Kelley, Natalie Khawam, est malhonnête et qu'elle manque d'intégrité.

Ces documents sont significatifs, puisqu'ils pourraient permettre de tracer un portrait plus large de la relation des deux soeurs avec MM. Petraeus et Allen. Ils soulèvent des questions sur les raisons pour lesquelles deux généraux plusieurs fois décorés ont écrit des lettres pour défendre Natalie Khawam, empêtrée dans plusieurs problèmes judiciaires depuis quelques années.

John Allen a rencontré Natalie Khawam alors qu'il était commandant adjoint du Commandement central des États-Unis à Tampa, où ils ont participé ensemble à des activités sociales. David Petraeus a quant à lui affirmé qu'il l'avait rencontrée il y a trois ans par l'entremise de Jill Kelley.

L'intervention des deux généraux n'a pas eu l'effet attendu pour Natalie Khawam, puisque son ex-mari a obtenu l'an dernier la garde de leur fils âgé de trois ans, John. Le juge lui a également imposé de payer des frais judiciaires de 350 000 $ US. Natalie Khawam a déclaré une faillite personnelle en avril après avoir accumulé pour plus de trois millions $ US de dettes, selon les documents judiciaires.

Le général John Allen a nié tout comportement répréhensible. Si l'enquête montre qu'il a entretenu une relation inappropriée avec Jill Kelley, il pourrait être accusé d'adultère, un acte considéré comme un crime par la justice militaire américaine.

La décision du FBI de transmettre le dossier du général Allen au Pentagone laisse penser que cette affaire ne concerne pas la divulgation d'informations confidentielles, mais autre chose.