NOUVELLES
13/11/2012 02:47 EST | Actualisé 13/01/2013 05:12 EST

La nouvelle opposition est "une représentante légitime" du peuple syrien (USA)

Les Etats-Unis ont estimé mardi que la nouvelle coalition de l'opposition syrienne mise sur pied dimanche était "une représentante légitime du peuple syrien", mais se sont gardés de la reconnaître comme un futur gouvernement provisoire comme l'avait fait auparavant la France.

"Nous pensons qu'elle est une représentante légitime du peuple syrien, un reflet du peuple syrien (...) Nous voulons également que (cette coalition de l'opposition) fasse la démonstration de sa capacité à représenter les Syriens à l'intérieur de la Syrie", a déclaré le porte-parole adjoint du département d'Etat, Mark Toner.

Washington avait déjà salué dimanche soir l'accord de Doha créant une coalition nationale de l'opposition syrienne pour lutter contre "le régime sanguinaire" du président syrien Bachar al-Assad.

"Nous avons dorénavant une structure en place qui peut préparer une transition politique, mais nous attendons la mise sur pied de comités techniques grâce auxquels nous serons sûrs que notre assistance arrive à bon port", a dit M. Toner.

Les Etats-Unis s'en tiennent depuis des mois à une assistance humanitaire et à une aide "non létale" pour l'opposition syrienne, refusant officiellement toute livraison d'armes à la rébellion.

"Il n'y a pas de variation là-dessus", a assuré le porte-parole adjoint de la diplomatie américaine.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait désavoué publiquement le 31 octobre le Conseil national syrien, plaidant pour une opposition syrienne élargie, unie et plurielle.

La France a été mardi la première puissance occidentale à reconnaître la nouvelle coalition de l'opposition syrienne tout en ouvrant la porte à des livraisons d'armes aux rebelles en Syrie.

Plus tôt dans la journée, le chef de cette coalition, Ahmad Moaz al-Khatib, avait réclamé depuis Le Caire des "armes appropriées" pour "mettre fin à la souffrance des Syriens", alors que le conflit a fait plus de 37.000 morts en 20 mois selon une ONG.

nr/bdx