NOUVELLES
13/11/2012 01:50 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

André Lavallée ignorait l'existence de rapports sur les coûts de construction

Aujourd'hui à l'emploi du ministre responsable de la métropole Jean-François Lisée, l'ancien bras droit de Gérald Tremblay, André Lavallée, soutient n'avoir jamais été informé des rapports de 2004, 2006 et 2009 qui stipulent que les contrats octroyés par la Ville de Montréal étaient systématiquement gonflés de 30 %.

Ancien maire de l'arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie et membre du comité exécutif, M. Lavallée a soutenu lors d'une entrevue à RDI, mardi matin, que les rapports faisant état de dépassements de coûts systématiques n'ont jamais été remis aux élus ou aux membres du comité exécutif. « Je n'étais pas membre du comité exécutif de 2001 à 2005 », souligne M. Lavallée, tout en précisant n'avoir jamais été mis au courant d'un système de collusion et de corruption au cours de son passage au comité exécutif de 2005 à 2009.

Les propos de M. Lavallée contredisent toutefois ceux de l'ancien directeur général de la Ville Robert Abdallah. Ce dernier soutient que le rapport de 2004 a été présenté à tous les membres du comité exécutif.

Les élus et le comité exécutif de la Ville de Montréal étaient régulièrement informés de dépassements de coûts de contrats, concède M. Lavallée qui affirme toutefois que les dossiers étaient présentés aux élus à la pièce. Il précise que les dépassements de coûts étaient toujours justifiés, parfois en raison d'augmentations du prix des matériaux, du prix de l'essence ou du coût de la main-d'oeuvre.

M. Lavallée s'en remet aux travaux de la commission Charbonneau pour déterminer la responsabilité de chacun des acteurs. Il soutient s'être mis à la disposition de la commission et il juge nécessaire que la commission aille au fond des choses.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) a remis en doute, la semaine dernière à l'Assemblée nationale, l'intégrité de M. Lavallée, qui occupe désormais un poste important au sein du ministère de M. Lisée. L'opposition officielle a réclamé, vendredi dernier, des vérifications additionnelles sur M. Lavallée.

Les libéraux soutiennent que l'ancien maire de l'arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie et ancien membre du comité exécutif a participé à des réunions au cours desquelles des contrats ont été octroyés à des firmes de réputation douteuse.

Le ministre Lisée a défendu l'intégrité de son collaborateur, se disant satisfait des réponses qu'il lui a fournies. « Il y a des gens qui ont oeuvré au sein des administrations municipales avec talent et compétence et, sans aucune raison liée à leur comportement, ont été associés à des décisions administratives régulières avec des gens qui sont maintenant accusés ou sous le coup d'une enquête. Alors j'appelle à la réserve et à la présomption d'innocence », a-t-il plaidé.