NOUVELLES
12/11/2012 03:52 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

Sandy: 500 millions de dollars pour réparer écoles et hôpitaux de New York

Le maire de New York a annoncé lundi un plan d'urgence de 500 millions de dollars pour réparer 37 écoles et trois hôpitaux de la ville fermés depuis le passage de l'ouragan Sandy il y a deux semaines.

Même si des progrès considérables ont été enregistrés, des dizaines de milliers de foyers et entreprises restaient par ailleurs privés d'électricité lundi, et donc souvent de chauffage, dans la ville et ses environs.

"Nous n'avons jamais affronté de tempête aussi destructive que Sandy, et le financement de ces réparations est aussi nécessaire qu'urgent", a déclaré Michael Bloomberg, ajoutant que la ville ne pouvait pas attendre le déblocage d'une aide fédérale.

"Ces écoles et hôpitaux publics sont des ressources sur lesquelles comptent chaque jour des centaines de milliers de New-Yorkais", a-t-il insisté.

Les écoles fermées accueillaient habituellement 26.000 élèves, qui avec leurs enseignants ont du être redirigés vers d'autres établissements, a-t-il dit.

Quelque 74.300 abonnés - foyers, immeubles ou entreprises - étaient toujours privés d'électricité lundi, dont plus de la moitié - 46.300 - dans les zones inondées par l'ouragan le 29 octobre, notamment dans les Rockaways (arrondissement du Queens) et sur Long island, a précisé la Long Island Power Authority (LIPA) dans un communiqué.

La LIPA, qui a fait l'objet de vives critiques, a insisté sur le fait que 10.000 personnes travaillaient 24 heures sur 24 à rétablir l'électricité.

Mais dans certains cas, les installations ont été trop endommagées pour être remises en route en l'état, et d'autres réparations et vérifications sont nécessaires.

C'est le cas notamment pour 16.300 abonnés dans les zones inondées de Brooklyn, du Queens et de Staten Island, a précisé lundi Con Edison, principal distributeur à New York.

L'essence restait lundi rationnée à New York, une mesure mise en place vendredi dernier pour lutter contre les longues files d'attente qui étaient devenues la norme depuis Sandy.

M. Bloomberg n'a pas précisé quand cette mesure serait levée.

bd/bdx