NOUVELLES
12/11/2012 07:18 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

L'Irak veut renégocier ses contrats d'armement avec la Russie

Le gouvernement irakien a exprimé lundi son souhait de renégocier les contrats d'armement avec la Russie, dont un haut responsable irakien avait annoncé l'annulation la semaine dernière.

L'Irak "n'a pour le moment signé aucun accord portant sur des achats d'armes à la Russie", a expliqué Ali Dabbagh, le porte-parole du gouvernement irakien, dans un communiqué. L'Irak "a besoin d'armes pour protéger sa souveraineté et assurer sa sécurité", a-t-il ajouté.

Depuis le départ des troupes américaines en décembre dernier, les forces armées irakiennes sont en effet bien en peine de protéger les frontières du pays.

Une commission va être mise en place pour "complètement renégocier" les accords avec Moscou, a poursuivi M. Dabbagh. Ses travaux, a-t-il dit, permettront de "mettre un terme aux soupçons de corruption".

Samedi, l'Irak a annoncé l'annulation d'une série de contrats avec la Russie, d'une valeur de 4,2 milliards de dollars, car ils étaient entachés de "corruption".

La Russie avait profité de la visite du Premier ministre Nouri al-Maliki à Moscou début octobre pour révéler la signature de ces contrats, sans donner de précision sur les achats effectués par Bagdad.

Selon la presse russe, il s'agit notamment de 30 hélicoptères Mi-28 et de 42 systèmes de missiles sol-air Pantsir-S1. Bagdad aurait également souhaité acheter un certain nombre de MiG-29, des avions de chasse et d'autres types d'hélicoptères.

Ces contrats auraient permis à la Russie de se hisser à la deuxième place des fournisseurs d'armes de l'Irak, juste derrière les Etats-Unis.

ak-gde/tp