NOUVELLES
12/11/2012 02:14 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

L'imam radical Abou Qatada ne sera pas extradé du Royaume-Uni vers la Jordanie

LONDRES - L'imam radical Abou Qatada a obtenu lundi le rejet en appel de son extradition du Royaume-Uni vers la Jordanie, où il est accusé de terrorisme, ont annoncé les autorités britanniques.

Cette décision, vivement contestée par des responsables du ministère britannique de l'Intérieur, constitue un revers pour le gouvernement britannique. Selon la commission spéciale d'appel qui a bloqué l'extradition, rien ne permet de garantir qu'Abou Qatada, considéré comme un haut responsable d'Al-Qaïda, ne sera pas torturé en Jordanie.

Les juges ont affirmé que le gouvernement ne les avait pas convaincus «qu'il n'y a pas de risque réel» qu'Abou Qatada soit torturé lors d'un procès pour terrorisme en Jordanie.

L'imam d'origine palestinienne, dont le vrai nom est Omar Mahmoud Mohammed Othman, a été reconnu coupable par contumace en Jordanie de conspiration en vue de perpétrer des attentats. Il risque d'être rejugé s'il est extradé.

Le gouvernement britannique a signé un accord avec la Jordanie garantissant que l'imam ne subira pas de mauvais traitements, mais les avocats d'Abou Qatada ont convaincu les juges que cet accord ne lui assurait pas une protection suffisante.

Qualifié par des tribunaux britanniques et espagnols de haut dirigeant d'Al-Qaïda en Europe ayant eu des liens étroits avec Oussama ben Laden, Abou Qatada lutte depuis 2001 pour ne pas être extradé du Royaume-Uni. Il est actuellement en prison.