NOUVELLES
12/11/2012 01:52 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

Le Hezbollah dénonce l'union de l'opposition syrienne "voulue par Clinton"

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah, a dénoncé lundi la nouvelle coalition de l'opposition syrienne, l'accusant d'avoir été créée de toutes pièces par les Etats-Unis.

"Ils ont réuni (les composantes de l'opposition) à Doha et les ont enfermées dans un hôtel pour former une nouvelle instance et elles ont fait ce que voulaient (la secrétaire d'Etat américaine Hillary) Clinton et l'Amérique", a affirmé M. Nasrallah dont le discours de plus d'une heure était retransmis sur écran géant lors d'une cérémonie à Beyrouth.

"Mais le plus dangereux c'est que les partis d'opposition ont décidé à l'unanimité à Doha de rejeter le dialogue et une solution politique. C'est-à-dire qu'elles veulent aller vers plus de destruction. Et à qui cela profite-t-il? A Clinton, aux Etats-Unis, à Israël et à certaines parties régionales", a-t-il poursuivi.

Le chef du puissant parti armé, grand allié de Damas, a une nouvelle fois appelé les opposants syriens à dialoguer avec le président Bachar al-Assad, une option déjà rejetée par les opposants qui posent comme condition sine qua non le départ du chef d'Etat.

L'opposition syrienne est parvenue lundi à former une coalition unie pour présenter une alternative crédible au régime de Bachar al-Assad, au terme de quatre jours de réunion à Doha et d'intenses pressions internationales.

Le Hezbollah, qui domine avec ses partenaires le gouverment libanais, est accusé par les adversaires du président Assad de combattre auprès des forces loyalistes en Syrie.

En octobre, M. Nasrallah a finalement reconnu que des membres de son parti combattaient les rebelles mais à titre individuel et sans mandat du mouvement.

rd/sbh/cco