NOUVELLES
12/11/2012 07:11 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

Feu vert de Khamenei nécessaire pour un dialogue direct avec Washington (Iran)

Les autorités iraniennes ont souligné lundi que toute décision sur la tenue de discussions bilatérales sur le nucléaire avec les Etats-Unis devrait être prise par le leader suprême, Ali Khamenei.

Les Etats-Unis et l'Iran, des ennemis jurés, ont déjà eu des discussions dans le cadre de forums régionaux sur l'Irak et l'Afghanistan mais tenir des négociations directes bilatérales "c'est différent", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi aux journalistes à Téhéran.

"Une décision sur des discussions politiques globales et bilatérales entre les deux pays revient au dirigeant suprême", a-t-il souligné en réponse à une question sur le soutien russe à de telles discussions.

Dans des déclarations publiées dimanche, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a affirmé que son pays était en faveur de pourparlers directs irano-américains sur le programme nucléaire controversé de Téhéran.

"Nous sommes pragmatiques. Nous voulons que quelque chose nous sorte de ce bourbier", a-t-il dit en confirmant des contacts informels irano-américains.

L'Iran affirme que son programme nucléaire est à visée pacifique, tandis que les Occidentaux et Israël soupçonnent ce pays d'élaborer en secret les bases d'un arsenal atomique.

L'Iran et les Etats-Unis ont démenti en octobre tout accord secret pour entamer après la présidentielle américaine du 6 novembre des négociations bilatérales, comme l'a affirmé le New York Times.

M. Salehi a en outre exprimé l'espoir que les négociations sur le nucléaire avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine, Allemagne) reprendraient "bientôt".

"D'une certaine façon nous sommes en contact avec les Etats-Unis via les discussions avec le groupe 5+1", a-t-il dit. Les dernières négociations s'étaient tenues en juin à Moscou et avaient échoué.

Selon M. Salehi, le négociateur en chef du nucléaire iranien Saïd Jalili et la chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton, qui représente les 5+1 aux discussions, doivent avoir avant le 21 novembre une "conversation téléphonique pour décider de la date et du lieu" des prochaines discussions.

Les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et l'Iran sont rompues depuis 1979, à la suite de la prise en otage de 52 diplomates à l'ambassade américaine à Téhéran qui n'ont été libérés qu'après 444 jours.

fpn-mod/tp/sw