NOUVELLES
12/11/2012 04:15 EST | Actualisé 12/01/2013 05:12 EST

Fabius va rencontrer mardi les nouveaux dirigeants de l'opposition syrienne

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a annoncé lundi à l'AFP qu'il allait rencontrer mardi au Caire les responsables de la coalition de l'opposition syrienne, laissant entendre que la France pourrait reconnaître cette entité à l'issue de cette réunion.

Interrogé si la France pourrait annoncer la reconnaissance de la "coalition nationale" des forces de l'opposition syrienne créée dimanche à Doha, M. Fabius s'est contenté de dire: "la France dans son histoire a toujours l'initiative".

"François Hollande et moi-même, dès le mois d'août, avions dit qu'il fallait unir l'opposition et que si cette union de l'opposition se réalisait vraiment, à ce moment-là on pouvait envisager la reconnaissance. On chemine dans cette direction, donc nous nous en réjouissons", a-t-il ajouté.

Selon lui, pour reconnaître l'opposition comme représentant légitime du peuple syrien, "il y a plusieurs phases: la première qu'il y ait de nouveaux responsables du CNS (Conseil national syrien), en particulier M. (Georges) Sabra qui est désormais le président, et d'autre part qu'il y ait une entité plus large qui sont les nouveaux responsables avec qui j'aurai l'occasion de prendre demain matin mon petit-déjeuner au Caire".

Au sujet du soutien en armes réclamé par l'opposition, M. Fabius a affirmé qu'"il y a jusqu'ici un embargo de la part des pays européens vis-à-vis des armes".

"On va voir si les nouvelles dispositions prises (par l'opposition) vont modifier cette position. On va en discuter", a-t-il indiqué.

M. Fabius a écarté par ailleurs une intervention militaire internationale comme c'était le cas en Libye en 2011, estimant que les conditions n'étaient "pas les mêmes", invoquant l'importance des forces du régime syrien et le soutien de "pays importants" au président Bachar al-Assad.

"Tout cela est appelé peut-être à évoluer. Nous allons travailler aux solutions dans les jours qui viennent", a-t-il toutefois indiqué.

ila/cco