NOUVELLES
11/11/2012 12:52 EST | Actualisé 11/01/2013 05:12 EST

Tournée - Le grand bond en avant de l'Argentine

La victoire de l'Argentine aux dépens du pays de Galles samedi au Millennium Stadium de Cardiff (26-12) a officialisé l'entrée des Pumas dans le concert des nations majeures du rugby, qu'ils rêvent de bousculer.

En 2007, après leur troisième place lors de la Coupe du monde en France, le monde du rugby avait loué avec bienveillance et paternalisme la valeur des Argentins, à peine sortis de l'amateurisme. Cinq ans plus tard, les Pumas font peur.

Intégrés cette année au Four Nations aux côtés des trois géants du Sud (Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande) pour qu'ils se "développent", ils ont fait plus que de la figuration.

Leurs résultats ont été décevants au niveau comptable avec un match nul (16-16 contre l'Afrique du Sud) pour cinq défaites mais, exception faite d'un cinglant 54-15 face aux All Blacks, ils ont rivalisé face à chacun de leurs adversaires. Et ils ont finalement récolté les fruits de leur campagne estivale au pays de Galles.

Face à des Gallois auréolés de leur Grand Chelem dans le dernier Tournoi des six nations qu'ils n'avaient plus battus depuis 2006, ils ont posé leur empreinte sur la rencontre peu avant l'heure de jeu. Et les "Diables rouges", totalement dominés physiquement, n'ont pu que reconnaître leur impuissance.

"Quand on joue l'Argentine, le rythme et l'intensité sont capitaux, mais il ne fait aucun doute que leur expérience et l'exposition au Four Nations les a menés à un autre niveau. On était clairement en-dessous", a souligné l'entraîneur par intérim gallois Rob Howley.

A la détermination et la passion qui ont souvent compensé leurs lacunes, les Argentins ont ajouté de nouvelles capacités.

Avec une préparation spécifique au Four Nations dans le réputé centre de Pensacola (Floride) et la répétition des matches, ils ont appris à tenir les cadences éprouvantes des nations de l'hémisphère Sud.

Présents dans les plus grands clubs français et anglais depuis de longues saisons (19 des 30 joueurs retenus pour affronter le XV de France jouent en France ou en Angleterre), la plupart des joueurs possèdent aussi désormais un bagage technique et tactique de haut niveau.

Certains d'entre eux figurent parmi les meilleurs joueurs du monde à leurs postes, à l'instar du capitaine Juan Martin Fernandez Lobbe en N.8 ou Patricio Albacete (absent pour la tournée) en deuxième ligne.

La Fédération argentine (UAR) a également "sorti" quelques pépites comme l'ailier Juan Imhoff et l'ouvreur Federico Nicolas Sanchez.

Le travail réalisé en commun durant plus de six semaines durant le Four Nations, avec les conseils de l'ancien entraîneur des champions du monde All Blacks Graham Henry, leur a donné le tremplin qu'il manquait pour bâtir une équipe complète.

Les Pumas sont aujourd'hui débarrassés de tout complexe et ont revu leur ambition à la hausse. Samedi, à Lille, ils l'éprouveront face au XV de France, qu'ils ont battue huit fois en 12 confrontations ces dix dernières années, avant d'affronter l'Irlande.

sva/bpa/jmt