NOUVELLES
11/11/2012 04:00 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Les troupes syriennes bombardent les rebelles près de Damas et à Alep (ONG)

Les troupes syriennes bombardaient dimanche des positions rebelles près de la capitale Damas et à Alep, deuxième ville de Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Alep, grande métropole du Nord où une bataille fait rage depuis plus de trois mois, des obus de mortier sont tombés sur les quartiers rebelles de Chaar (est), d'As-Soukkari (est) et Halab al-Jadida (ouest), selon l'OSDH.

D'après des habitants, des affrontements violents ont éclaté dans les quartiers al-Zahra et Lairamoune, accompagnés par des tirs d'artillerie sur les positions rebelles et la vieille ville.

Par ailleurs, des affrontements entre l'armée et les rebelles ont éclaté à minuit dans la ville de Harasta, dans la banlieue nord-est de Damas, et des obus sont tombés sur la localité de Yalda (sud), selon cette ONG.

Les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain, ont fait état d'intenses tirs d'artillerie par les forces du régime dans la nuit contre les régions sud-ouest de la capitale ainsi que sur Yabroud (nord).

"L'armée et les forces de sécurité ont commencé une opération de nettoyage de la province de Damas, qui devrait s'achever dans quelques jours", affirmait dimanche le quotidien al-Watan, proche du pouvoir.

"La province de Damas sera déclarée alors zone sécurisée", ajoutait le quotidien, citant une source de sécurité, en soulignant que "des milliers de terroristes" avaient "vainement tenté de pénétrer dans la capitale". Le régime qualifie de "terroristes" les opposants et les rebelles qui luttent depuis mars 2011 contre le président Bachar al-Assad.

Ailleurs, les troupes gouvernementales bombardaient les provinces d'Idleb (nord-ouest) et de Deir Ezzor (est).

Des combats ont aussi eu de nouveau lieu dans la nuit autour de la ville de Rass al-Aïn, près de la frontière turque dans la province de Hassaka, a indiqué le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.

La province de Hassaka, où réside une majorité kurde, a été le théâtre d'intenses affrontements ces derniers jours, avec 46 rebelles tués lors de leur prise de contrôle de Rass al-Aïn.

Samedi, les violences en Syrie ont fait 121 morts --45 civils, 42 soldats, et 34 rebelles.

am-rm/cco