NOUVELLES
11/11/2012 03:13 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

La Tunisie en phase avec la position algérienne sur le Mali (président)

Le président tunisien Moncef Marzouki a déclaré partager la position de l'Algérie sur la crise au Mali, estimant qu'une intervention militaire ne devait être envisagée qu'en "dernier recours", dans un entretien au quotidien algérien Liberté paru dimanche.

"Nous sommes en phase (avec l'Algérie) même sur les questions internationales, comme c'est le cas pour le Mali", a affirmé M. Marzouki.

"Nous partageons la position de l'Algérie et l'intervention militaire ne doit être envisagée qu'en dernier recours", a-t-il ajouté.

Alger a toujours défendu une solution politique au conflit dans le nord du Mali, une région qui se trouve depuis fin juin sous contrôle total de trois groupes islamistes armés, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

Les préparatifs en vue d'une intervention militaire dans cette zone s'accélèrent, les chefs d'Etat et de gouvernement ouest-africains devant se réunir dimanche à Abuja pour en approuver les modalités, qui seront transmises la semaine prochaine à l'ONU pour un feu vert définitif.

Ce plan d'intervention impliquerait 5.500 soldats, en vue de la reconquête du nord du Mali.

M. Marzouki a par ailleurs assuré partager les mêmes vues que son voisin concernant la défense "de l'espace maghrébin contre le terrorisme" et dit être "d'accord pour promouvoir les relations économiques et sociales (entre les deux pays) indépendamment de l'espace maghrébin".

L'Algérie et la Tunisie font partie avec le Maroc, la Mauritanie et la Libye de l'Union du Maghreb arabe (UMA), une organisation créée en 1989 mais restée en panne, en raison notamment du conflit du Sahara Occidental, qui oppose Alger et Rabat.

amb/cco