NOUVELLES
11/11/2012 02:42 EST | Actualisé 11/01/2013 05:12 EST

Gaza: Israël menace de faire payer au Hamas "un prix douloureux"

Le mouvement palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza, va payer "le prix fort, un prix douloureux" à la suite de la nouvelle flambée de violences le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, a averti dimanche le ministre israélien de la Défense Ehud Barak.

"Le Hamas est responsable des tirs de roquettes et de toutes les autres tentatives à partir de Gaza visant à blesser nos soldats et nos civils, même si d'autres groupes y participent. Et c'est le Hamas qui va payer le prix fort, un prix qui sera douloureux", a prévenu M. Barak dans un communiqué.

"Ces deux derniers jours, Tsahal (ndlr: l'armée israélienne), sur mon ordre, a évalué une série d'options pour des réponses plus dures contre le Hamas et les autres organisations terroristes à Gaza", a précisé M. Barak.

"Nous frapperons avec une intensité toujours plus grande", a-t-il ajouté dans son communiqué.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'était auparavant déclaré "prêt à l'escalade" après des affrontements à la frontière avec Gaza dans lesquels six Palestiniens ont été tués et quatre soldats israéliens blessés, soulignant le risque de confrontation majeure.

Les hostilités ont éclaté samedi après un tir de missile antichar contre une jeep de l'armée israélienne à la lisière de la bande de Gaza, qui a provoqué en représailles des tirs d'artillerie contre le territoire palestinien, suivis de salves de roquettes contre le sud d'Israël.

Selon l'armée et la police israéliennes, 90 roquettes ont été tirées de Gaza entre samedi et dimanche, faisant quatre blessés légers autour de la ville de Sdérot (sud).

Les Brigades Al-Qods, branche armée du groupe radical Jihad islamique, ont revendiqué dimanche matin 71 tirs de roquettes et d'obus de mortier contre Israël.

Le Jihad islamique a aussi averti que "chaque agression contre le peuple palestinien serait suivie d'une réplique de la part de la résistance".

Le Hamas s'efforce le plus souvent de maintenir une trêve de facto avec Israël, restant à l'écart des hostilités entre d'autres factions armées de Gaza, comme le Jihad islamique, et l'armée israélienne.

sah-agr/cnp