NOUVELLES
10/11/2012 09:08 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Yémen: 2 adjoints d'un chef tribal tués dans des combats avec une milice

Deux adjoints d'un chef tribal yéménite soupçonné de liens avec Al-Qaïda ont été tués samedi dans des affrontements avec des membres d'une milice pro-gouvernementale dans la province d'Abyane (sud du Yémen), a annoncé un responsable de cette milice.

"Deux adjoints de (Tarek al-Fadhli) ont été tués et un autre blessé", a déclaré ce responsable sous couvert de l'anonymat, précisant que les victimes étaient mortes lorsque les miliciens avaient "ouvert le feu sur la maison de M. Fadhli" à Zinjibar, la capitale d'Abyane.

Des centaines de membres des Comités de résistance populaire, une milice supplétive épaulant l'armée yéménite dans sa lutte contre Al-Qaïda dans le sud du pays, assiégeaient la maison de M. Fadhli depuis lundi, pour pousser le chef de guerre, qui a combattu en Afghanistan, à se livrer à la police.

La semaine dernière, le chef d'une tribu Hussein al-Waheshi avait déclaré que les autorités locales souhaitaient que M. Fadhli se rende en vertu d'un mandat d'arrêt émis contre lui pour des menaces de meurtre contre des responsables du parti socialiste.

Samedi, des médiateurs tribaux ont obtenu de M. Fadhli un engagement de quitter Zinjibar pour la ville portuaire d'Aden (sud), a indiqué samedi le responsable de la milice, sans préciser si le chef de guerre avait l'intention de se rendre aux autorités.

Les militants d'Al-Qaïda a profité de l'affaiblissement du pouvoir central lié à la révolte populaire qui a secoué le pays toute l'année 2011 et a abouti en février au départ du président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du pays.

Délogé en juin de l'un de ses bastions dans le Sud, le réseau s'est replié dans des zones montagneuses, multipliant les attaques contre les responsables locaux.

faw/ls/tg/fc