NOUVELLES
10/11/2012 08:02 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Syrie: 20 soldats tués dans des attentats suicide à la voiture piégée (ONG)

Au moins 20 soldats ont été tués samedi dans deux attentats suicide à la voiture piégée visant l'enceinte d'un club d'officiers de Deraa, dans le sud de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les deux attentats ont été menés à quelques minutes d'intervalle "par deux hommes conduisant des véhicules bourrés d'explosifs dans le jardin" du club, où se trouvent des tentes pour les soldats, a précisé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Des témoins ont vu des ambulances transporter des morts et des blessés depuis le lieu de l'attentat vers l'hôpital de Deraa, a-t-il ajouté. Le mode opératoire, avec des kamikazes et des explosions quasi-simultanées, est celui des jihadistes et en particulier d'al-Qaïda.

L'agence officielle syrienne Sana a confirmé l'explosion de deux voitures à Deraa, faisant état de victimes et d'importants dégâts matériels.

Un troisième attentat a eu lieu sans faire de victime dans le stade de Deraa, où un centre militaire a été installé, selon l'OSDH.

Dans le centre de Damas, une roquette a visé un quartier chrétien, blessant deux jeunes filles, a rapporté la télévision officielle syrienne.

"Des terroristes ont lancé une roquette fabriquée localement contre des habitations sur la place Georges-Khouri", a précisé la chaîne officielle. Le régime qualifie de "terroristes" les opposants et les rebelles qui luttent depuis mars 2011 contre le président Bachar al-Assad.

Le 21 octobre, un attentat avait fait, selon Sana, 13 morts et 29 blessés devant le commissariat de police du quartier chrétien de la vieille ville de Damas.

Toujours dans la capitale, une charge a explosé à Zahira al Jadida (sud), faisant des dégâts, a rapporté l'OSDH. Sana a mentionné l'explosion d'une voiture piégée ayant fait trois blessés dans le même secteur.

Dans la province de Damas, les combats entre forces régulières et rebelles se poursuivaient, tandis que les bombardements ont repris dans le sud, en particulier sur Mouadamiya, Babbila, Beit Sahem, selon l'OSDH.

Des renforts militaires sont arrivés aux abords de la ville de Daraya, dont les vergers ont été le théâtre de violents affrontements ces derniers jours et où les forces gouvernementales ont tué quatre civils, selon l'OSDH.

Dans le gouvernorat de Qouneitra (sud-ouest), les forces du régime ont bombardé des villages de la partie démilitarisée du Golan, a indiqué l'OSDH précisant que des combattants rebelles avaient mené une attaque dans la nuit de vendredi à samedi contre un centre de la Sécurité dans le village d'al-Hourria.

En outre, des bombardements ont été signalés à Alep (nord) et sa province, à Idleb et Maaret al-Nooman (nord-ouest), à Homs (centre) ainsi qu'à Deir Ezzor (est), où un rebelle a été tué dans des combats à Abou Kamal.

Samedi, les violences ont fait samedi 49 morts -- 29 soldats, 13 civils et sept rebelles -- à travers le pays, selon un bilan provisoire de l'OSDH qui se base sur un réseau de militants et de médecins dans les hôpitaux civils et militaires.

Vendredi, ce bilan s'était élevé à 151 morts --67 civils, 31 rebelles et 53 membres des forces du régime--, selon la même source.

rd/rm-sk/fc