NOUVELLES
10/11/2012 05:57 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Syrie : plusieurs soldats tués à Deraa

En Syrie, deux attentats à la voiture piégée ont causé la mort d'une vingtaine de soldats fidèles au président Bachar Al-Assad, samedi, dans un camp militaire de Deraa, au sud du pays.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), organisme basé à Londres, c'est l'explosion du deuxième véhicule qui a provoqué la mort des soldats, quelques minutes après le premier attentat. L'attaque se serait produite dans le jardin situé derrière le club des officiers.

La télévision officielle syrienne a fait état de victimes parmi les civils, ainsi que « d'importants dégâts matériels ». Des témoins auraient vu des ambulances transporter des victimes vers l'hôpital de Deraa.

L'OSDH et des militants rapportent aussi que des combattants kurdes ont pris le contrôle dans la nuit de vendredi à samedi de deux villes, Derbassiyé et de Tal Tamer, après avoir négocié le départ des forces gouvernementales.

Des combats se poursuivaient également dans le reste du pays, samedi, notamment dans la province de Damas. L'OSDH, qui se base sur un vaste réseau de militants et de sources médicales à travers le pays, fait état de 49 morts (29 soldats, 13 civils et 7 rebelles) pour la journée de samedi.

Par ailleurs, environ 11 000 Syriens ont fui leur pays pour trouver refuge dans les pays voisins, principalement en Turquie, dans les dernières 24 heures.

Unification de l'opposition: le CNS exprime ses réserves

De son côté, l'opposition poursuit ses discussions à Doha, au Qatar.

Appelée par les pays arabes, les puissances occidentales et les rebelles sur le terrain à s'unifier, l'opposition a entamé jeudi des discussions sous l'égide du Qatar et de la Ligue arabe.

Le Conseil national syrien (CNS), principale composante de l'opposition, a exprimé samedi ses réserves sur un projet d'unification prévoyant notamment la formation d'une instance politique unifiée d'une soixantaine de membres.

« Aucune partie ne peut se ranger sous la bannière d'une autre », a déclaré Georges Sabra, le nouveau président du CNS.

Depuis jeudi soir, le CNS a reporté à deux reprises sa réponse sur le projet largement inspiré d'une initiative de l'opposant Riad Seif. Le CNS a élaboré sa propre initiative, préconisant la formation d'un « gouvernement provisoire » en attendant la tenue d'un congrès général.