NOUVELLES
10/11/2012 07:00 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Les Slovènes élisent leur président sur fond de crise

Les Slovènes sont appelés à voter pour choisir un nouveau chef de l'Etat lors du premier tour de l'élection présidentielle dimanche, alors que la grogne monte dans le petit pays en récession au sein de la zone euro.

Pour la première fois depuis la création de cet Etat de deux millions d'habitants issu de l'ex-Yougoslavie, seuls trois candidats se présentent pour le poste, largement honorifique.

La campagne des trois postulants n'a guère soulevé d'intérêt chez les Slovènes, plus préoccupés par le chômage élevé (11,6% de la population active) et les mesures d'austérité mises en place par le gouvernement de centre-droit de Janez Jansa.

Les principaux syndicats ont appelé le 17 novembre à une grande manifestation contre l'austérité, en particulier contre les baisses de salaires des fonctionnaires et les réductions des aides sociales.

Selon tous les sondages, le président sortant Danilo Türk (centre-gauche), 60 ans, devrait être élu pour un second mandat de cinq ans, même s'il devra vraisemblablement attendre le 2e tour, le 2 décembre, pour l'emporter sur son principal adversaire, un ancien chef du gouvernement, Borut Pahor (social-démocrate).

Danilo Türk, ancien professeur de droit qui a travaillé comme diplomate aux Nations unies, est soutenu par le principal parti d'opposition, Slovénie Positive, du maire de Ljubljana, Zoran Jankovic (centre-gauche).

Borut Pahor, âgé de 49 ans, est non seulement soutenu par sa propre formation, le Parti social-démocrate (SD), mais aussi et de manière plus surprenante par le petit parti libéral "Liste des citoyens", membre de la coalition conservatrice-libérale au pouvoir.

Le troisième candidat, Milan Zver, 50 ans, député européen et ancien ministre de la Culture, est l'homme du pouvoir, mais les sondages lui accordent peu de chances.

Ainsi, Danilo Türk était crédité de 43,7% des intentions de vote dans un sondage réalisé pour la télévision privée Planet TV, contre 32,6% pour Borut Pahor et 23,7% pour Milan Zver.

L'élection intervient quelques jours après la mise sous surveillance négative de la note souveraine du pays par l'agence de notation anglo-saxonne Standard and Poor's et la publication de nouveaux chiffres peu reluisants de la Commission européenne sur l'économie du pays.

Bruxelles s'attend à une récession de 2,3% cette année et de 1,6% en 2013.

L'élection présidentielle du quatrième chef de l'Etat depuis la déclaration d'indépendance de la Slovénie, en 1991, sera aussi le deuxième scrutin en moins d'un an, après le scrutin législatif anticipé de décembre 2011.

Le gouvernement de Borut Pahor avait été renversé par une motion de censure, après avoir échoué dans la mise en oeuvre de réformes douloureuses, notamment dans le domaine des retraites et marché du travail.

Environ 1,7 million de Slovènes sont appelés aux urnes dimanche. Les bureaux de vote seront ouverts entre 06H00 GMT et 18H00 GMT, les premiers résultats étant attendus tard dans la soirée.

bk/pfe/mc