NOUVELLES
10/11/2012 01:31 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Le neveu d'Arafat condamne à nouveau "l'idée détestable" d'une exhumation

Le neveu de Yasser Arafat et président de la fondation éponyme, Nasser al-Qidwa, a fermement réitéré samedi son rejet d'une exhumation du dirigeant palestinien pour déterminer les causes de sa mort, condamnant une "idée détestable".

Les juges français instruisant une information judiciaire pour assassinat de Yasser Arafat et les experts du laboratoire suisse qui a décelé des quantités anormales de polonium sur des échantillons biologiques du défunt, à l'initiative de sa veuve, Souha Arafat, doivent réaliser des prélèvements sur sa dépouille le 26 novembre, ce qui implique une exhumation.

"On nous a récemment sorti une idée détestable, celle de déterrer le défunt président, en profanant sa tombe et en portant atteinte à sa symbolique", a déclaré Nasser al-Qidwa dans un discours à Ramallah, à la veille du huitième anniversaire de la mort du dirigeant historique palestinien.

"Je pense qu'il n'y a aucune justification à cela, car la vérité est connue", a ajouté le président de la Fondation Yasser Arafat, qui martèle depuis des années sa conviction qu'Israël a empoisonné Yasser Arafat tout en reconnaissant l'absence de "preuve tangible".

"Tout le monde sait bien que le dirigeant et fondateur (Arafat, NDLR) a été empoisonné par Israël, il y avait de cela nombre de témoins et d'indices, comme les décisions officielles du gouvernement israélien d'évincer Yasser Arafat", a-t-il rappelé.

"Le rapport médical établi après la mort d'Arafat a clairement affirmé que son état pathologique ne pouvait s'expliquer scientifiquement. Ce qui a confirmé notre conviction, c'est la découverte récente de polonium radioactif dans ses vêtements", a-t-il ajouté.

"Il n'y pas besoin de preuve supplémentaire, mais de poursuivre les assassins et leurs complices", a estimé Nasser al-Qidwa, soulignant en outre le risque que la dépouille ne présente plus de trace de polonium, dont le niveau diminue de moitié tous les 138 jours, selon les experts.

"Nous voulons préserver la symbolique de notre défunt président, et qu'il repose en paix", a-t-il insisté.

na-sst/agr/fc