NOUVELLES
10/11/2012 08:17 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

La chef du Trésor guinéen est tuée par balles pendant une enquête anti-corruption

CONAKRY, Guinée - La présidente du Trésor guinéen a été abattue alors qu'elle rentrait chez elle en voiture, dans ce que ses collègues ont décrit comme un assassinat éhonté visant à faire taire une responsable qui avait lancé une enquête sur la disparition de millions des coffres de l'État.

Le coroner qui a examiné le corps de la présidente du Trésor Aissatou Boiro après que celui-ci eut été transporté à la morgue, vendredi soir, a indiqué qu'elle avait été atteinte de deux balles au coeur, et avait succombé à une hémorragie interne.

Selon le médecin légiste de l'hôpital Ignace Deen à Conakry, les deux projectiles ont été tirés à courte distance, ce qui prouve que Mme Boiro était véritablement la cible d'une tentative de meurtre. Le médecin s'est confié sous le couvert de l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à parler du sujet.

Le gouvernement a émis une déclaration à l'échelle nationale samedi soir, affirmant que Mme Boiro avait été tuée par un groupe d'hommes vêtus d'uniformes militaires. Les forces de sécurité ont déclenché une chasse à l'homme pour tenter de trouver et d'arrêter les tueurs, mentionne l'annonce.

L'assassinat a eu lieu vendredi soir dans un quartier de la capitale, Conakry.

Mme Boiro a été nommée à la tête du Trésor il y a huit mois par le président Alpha Conde. La Guinée a une longue histoire de pillage de ses caisses par des responsables gouvernementaux. Lors des dernières années du règne de l'ex-président Lansana Conte, des employés du Trésor affirmaient qu'ils voyaient régulièrement le convoi motorisé présidentiel s'arrêter devant leur bâtiment et repartir avec des sacs d'argent.

Mme Boiro n'avait aucune tolérance pour la corruption, et désirait mettre fin à la mauvaise gestion des fonds publics, entre autres en lançant une enquête sur la perte de 13 millions de francs guinéens.