NOUVELLES
10/11/2012 03:08 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

Accord entre une collectivité française et Jérusalem-Est, une première

Le Conseil régional d'Ile-de-France a signé samedi un accord de coopération décentralisée avec Jérusalem-Est, la première initiative du genre entre une collectivité française et le secteur de la Ville sainte occupé et annexé par Israël.

Cette coopération "est un premier pas vers la reconnaissance de Jérusalem-Est comme la capitale d’un futur Etat palestinien, que nous appelons de tous nos voeux", ont souligné les élus EELV (Europe Ecologie - Les Verts) au Conseil régional dans un communiqué.

"A sa mesure, avec ses moyens, la Région entend ainsi participer au processus de paix", selon le communiqué.

L'accord a été paraphé entre une délégation de la région Ile-de France et le gouverneur palestinien de Jérusalem, Adnane al-Husseini.

Le Conseil régional d'Ile-de-France avait voté le 28 septembre en faveur de l'établissement d'un accord de coopération décentralisée avec le gouvernorat de Jérusalem, qui dépend de l'Autorité palestinienne.

Cet accord --représentant quelque 300.000 euros par an-- porte sur le développement de la coopération dans les domaines de la formation professionnelle, de l'éducation, de la santé et de la culture, en particulier en faveur des jeunes et des femmes.

Il avait alors été critiqué par les autorités israéliennes.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale "unifiée et indivisible". Mais aux yeux de la communauté internationale, l'occupation et l'annexion de Jérusalem-Est depuis 1967 est illégale.

Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat. Environ 270.000 Palestiniens y vivent.

Créé en 1996, le gouvernorat de Jérusalem est l'un des onze gouvernorats composant la Cisjordanie. Sa superficie est de 331,6 km2, incluant les 70 km2 annexés en 1967 et qui correspondent à la partie orientale de la ville de Jérusalem.

agr-dms/sst/tp