NOUVELLES
09/11/2012 06:46 EST | Actualisé 09/01/2013 05:12 EST

Peres: Moscou plus "ferme" sur l'Iran que généralement admis en Israël

Le président israélien Shimon Peres a déclaré vendredi que les positions russes sur le programme nucléaire controversé de l'Iran étaient "beaucoup plus fermes" que généralement admis en Israël, à la fin d'une visite de trois jours en Russie.

"Les positions russes sont beaucoup plus complexes que ce que l'on croit. Disons qu'elles penchent plus du côté d'Israël sur de nombreux sujets", a assuré M. Peres, interviewé par la radio militaire israélienne, dans l'avion qui le ramenait en Israël.

"Sans rentrer dans les détails, la position (russe) sur l'Iran est beaucoup plus ferme" que généralement admis, a-t-il affirmé.

Jeudi, M. Peres avait discuté, lors d'un entretien d'une heure et demi avec le président russe Vladimir Poutine "de la menace iranienne, de la situation en Syrie, des moyens de relancer les négociations entre Israël et les Palestiniens ainsi que des relations stratégiques entre leurs deux pays", selon un communiqué de son bureau.

"C'était une rencontre positive et efficace et il est clair que le futur et la sécurité d'Israël sont importants pour le président Poutine", a déclaré M. Peres, cité dans ce communiqué.

Le président russe a de son côté indiqué que la Russie avait "une compréhension profonde de la façon de résoudre ces problèmes", selon le communiqué.

Bien que la fonction de président en Israël soit essentiellement honorifique et protocolaire, M. Peres, un des doyens de la politique israélienne, qui compte des amis dans de nombreuses capitales mondiales, joue souvent le rôle d'ambassadeur officieux de l'Etat hébreu.

Partisan de la voie diplomatique face à L'Iran, il a récemment déclaré, lors de la visite en Israël du chef d'état-major américain, le général Martin Dempsey, que les sanctions internationales imposée à Téhéran portaient leurs fruits.

Seule puissance nucléaire --officieuse-- de la région, Israël considère que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe atomique. L'Iran assure cependant que son programme nucléaire n'a aucune visée militaire, comme l'en accusent les Occidentaux.

dms/agr/cnp