NOUVELLES
09/11/2012 03:18 EST | Actualisé 09/01/2013 05:12 EST

Le directeur de la CIA démissionne à cause d'une relation extraconjugale

WASHINGTON - David Petraeus, le général qui a dirigé les campagnes militaires américaines en Irak et en Afghanistan, a démissionné de son poste de directeur de la CIA vendredi, après avoir admis une relation extraconjugale.

La démission de David Petraeus a choqué le monde politique et le milieu du renseignement à Washington. Cette annonce inattendue met fin à la carrière publique de l'un des généraux américains les plus connus de la dernière décennie, un homme qui incarnait la puissante armée des États-Unis aux yeux de millions d'Américains.

Selon une déclaration qu'il a envoyée aux employés de la CIA, David Petraeus a demandé jeudi au président Barack Obama de lui permettre de démissionner, et le président a accepté vendredi. M. Petraeus affirme avoir fait preuve d'un «extrême manque de jugement» en ayant une relation extraconjugale.

«Un tel comportement est inacceptable, à la fois pour un mari et pour le chef d'une organisation comme la nôtre», a déclaré M. Petraeus.

David Petraeus, qui a eu 60 ans mercredi, est marié depuis 38 ans à sa femme Holly, qu'il a rencontrée alors qu'il était cadet à l'académie militaire de West Point. Elle était la fille du directeur de l'académie.

Dans un communiqué, le président Obama a affirmé que le général Petraeus avait fourni «un service extraordinaire aux États-Unis pendant des années» et avait offert le travail de toute une vie «qui a rendu notre pays plus sûr et plus fort».

Le président a précisé que le directeur adjoint de la Central Intelligence Agency, Michael Morell, assumerait les fonctions de directeur par intérim. «Je suis totalement persuadé que la CIA continuera de se développer et de mener sa mission essentielle», a dit Barack Obama.

Pour un directeur de la CIA, entretenir une relation extraconjugale est considéré comme une sérieuse menace à la sécurité. Dans cette logique, si un gouvernement étranger avait eu vent de la relation, M. Petraeus ou sa maîtresse auraient pu faire l'objet de chantage et de pressions.

La justice militaire considère que les relations extraconjugales peuvent être un motif suffisant pour être traduit en cour martiale.

Dans sa lettre au président, M. Petraeus affirme: «Teddy Roosevelt a déjà souligné que le plus grand cadeau de la vie est d'avoir l'occasion de travailler fort dans un boulot qui vaut la peine d'être fait. Je chérirai toujours l'occasion que j'ai eue d'avoir pu le faire avec vous et je regretterai toujours les circonstances qui ont mis fin à ce travail auprès de vous».

Même si le président n'a pas mentionné directement les raisons de la démission de David Petraeus, il a offert ses pensées et ses prières au général et à sa femme, affirmant que madame Petraeus «en avait fait beaucoup pour aider les familles de militaires».

«Je leur souhaite le meilleur en ces temps difficiles», a dit le président.

Le directeur du renseignement national, James Clapper, a déclaré que le départ de M. Petraeus représentait «la perte de l'un de nos agents publics les plus respectés».

«De sa longue et illustre carrière dans l'armée à son leadership à la tête de la CIA, Dave a redéfini ce que signifie de servir et de se sacrifier pour son pays», a dit M. Clapper.

Bruce Riedel, un ancien agent de la CIA devenu analyste à la Brookings Institution, a rappelé que d'autres directeurs de la CIA avaient «démissionné dans des circonstances déplaisantes et peu flatteuses».

L'ancien directeur Jim Woolsey «a démissionné dans des circonstances embarrassantes liées à la découverte d'une taupe du KGB, et l'ancien directeur John Deutch est parti après avoir transféré des informations classifiées sur son ordinateur à la maison», a souligné M. Riedel.

Avant d'être nommé à la tête de la CIA par le président Obama, le général Petraeus a «sauvé» la guerre en Irak. Le président George W. Bush l'avait envoyé dans ce pays en février 2007, au plus fort des violences interreligieuses, afin de renverser la situation. Il a supervisé le renforcement militaire de 30 000 soldats américains et a déménagé les troupes de leurs grandes bases afin qu'elles travaillent plus étroitement avec les forces irakiennes à travers Bagdad.

Le succès du général Petraeus a ouvert la voie à l'éventuel retrait des forces américaines d'Irak.

Après l'Irak, le général Petraeus a été nommé à la tête du Commandement central, où il a supervisé toutes les opérations militaires américaines au Moyen-Orient, notamment en Afghanistan et au Pakistan.

Quand le plus haut commandant américain en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, a été démis de ses fonctions à cause de ses commentaires dans un magazine, le président Obama a demandé au général Petraeus de le remplacer à Kaboul, et il a accepté.