NOUVELLES
09/11/2012 05:28 EST | Actualisé 09/01/2013 05:12 EST

Déficit du régime de retraite : on est assis sur un volcan, dit Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume, dit vouloir prendre son bâton de pèlerin pour faire voir à la population à quel point le déficit du régime de retraite des employés coûte cher à la Ville.

Selon lui, ce déficit évalué à 750 millions de dollars devrait être partagé à parts égales entre les syndicats et l'employeur. De plus, dit-il, l'âge de la retraite devrait passer de 65 à 67 ans.

Il affirme que si les syndicats ne veulent pas revenir à la table des négociations, il va s'adresser à la population.

« Je leur dis, aux chefs syndicaux, de revenir à la table, c'est important. Si vous ne voulez pas me parler et faire valoir vos arguments, je vais bâtir mes propres arguments et m'en aller là-dessus », a-t-il affirmé.

Le maire Labeaume tentera également de convaincre les élus provinciaux que les règles doivent être changées.

Quant aux syndicats, ils affirment que les négociations doivent se faire aux tables de négociations et non au niveau des élus. Ils disent que le maire outrepasse son mandat et qu'il n'agit pas correctement.

« Le mandat qu'il se donne au niveau provincial est un peu gros. Il veut faire un enjeu commun de tous les régimes de retraite. Il y a beaucoup de démagogie là-dedans. [...] C'est important que les débats se déroulent aux tables de négociations », affirme le porte-parole du syndicat des pompiers, Éric Gosselin.