NOUVELLES
08/11/2012 01:39 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Seuls 43% des Etats obligent les politiques à publier leur patrimoine (Banque Mondiale)

Moins de la moitié des Etats du globe obligent agents publics et dirigeants politiques à déclarer publiquement leurs avoirs et intérêts financiers, a déploré la Banque mondiale (BM) jeudi, appelant à plus de "transparence" pour lutter contre la corruption.

"La transparence financière de la part des responsables publics (...) permet de prévenir la corruption, de lancer des investigations et de prendre des sanctions", a affirmé la BM dans un communiqué.

"Cela donne également aux citoyens les informations dont ils ont besoin pour juger l'action de leurs dirigeants", a ajouté l'institution de Washington.

Selon les données compilées par la Banque mondiale auprès de 176 pays, les déclarations de patrimoine ne sont accessibles au public que dans 43% des Etats du globe.

Près de 80% des Etats disposent bien de législations sur la transparence financière, mais seuls 36% d'entre eux vérifient systématiquement la présence d'"incohérences" ou "d'irrégularités" dans le patrimoine des responsables publics, assure la Banque mondiale.

"La publication des actifs financiers complique la tâche de dirigeants corrompus qui tenteraient de dissimuler leurs activités délictueuses ou leurs richesses mal-acquises", a estimé Jean Pesme, un responsable de la Banque mondiale cité dans le communiqué.

jt/sl/bdx