NOUVELLES
08/11/2012 12:20 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

PSA PeugeotCitroën reclasserait 1250 postes pour les salariés d'Aulnay-sous-Bois

PARIS - La direction du groupe PSA Peugeot-Citroën a indiqué jeudi que 1250 postes étaient d'ores et déjà assurés pour reclasser des salariés de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) sur le bassin d'emplois.

Cette annonce survient à l'issue de la première réunion tripartite consacrée à la revitalisation du site de l'usine (quelque 3000 salariés) qui doit cesser son activité en 2014 dans la cadre du plan social prévoyant 8000 suppressions de postes en France.

Elle a confirmé qu'elle visait toujours à terme 1500 reclassements sur le bassin d'emplois.

La réunion tripartite, à laquelle participaient les syndicats du site, la direction et des élus locaux s'est tenue jeudi matin à la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Les syndicats ont rappelé leurs exigences, notamment en matière de formation et de mesures d'âge.

Pour les reclassements «en interne et en externe», «nous avons aujourd'hui 1250 postes au total, dont 1000 créations nettes», sur le bassin d'emplois d'Aulnay, a indiqué à Sipa un porte-parole de la direction du groupe à l'issue de cette réunion.

Une rencontre similaire, là encore première d'une série, indique-t-on de sources syndicales, est prévue vendredi à Rennes où PSA prévoit de supprimer 1400 des 5600 postes du site.

Le 25 octobre dernier, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait annoncé la tenue de ces réunions tripartites à l'issue d'une table ronde à Bercy à laquelle participaient la direction de PSA Peugeot-Citroën — dont Philippe Varin le PDG du groupe — les syndicats, et les élus locaux des sites concernés.

Le même jour, la direction avait accepté de tenir des négociations avec les syndicats sur les mesures d'accompagnement du plan social, et en premier lieu les conditions des reclassements internes et externes.

La direction avait, à cette occasion, confirmé qu'elle espérait, à terme, pouvoir trouver une solution sur le bassin d'emplois pour 1500 salariés d'Aulnay, en grande partie grâce à la réindustrialisation du site, objectif confirmé ce jeudi. Elle avait par ailleurs confirmé qu'elle comptait reclasser 1500 autres salariés vers son site de Poissy (Yvelines) et 400 salariés de l'usine de Rennes sur le bassin d'emplois rennais.

Une réunion tripartite nationale est prévue au ministère du Redressement productif, à Bercy début décembre, pour un premier bilan.