NOUVELLES
08/11/2012 06:09 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Les rebelles soudanais disent avoir abattu un Antonov de l'armée au Kordofan

Les rebelles dans l'Etat soudanais du Kordofan-Sud ont affirmé jeudi avoir abattu un chasseur-bombardier Antonov de l'armée qui est tombé selon eux en flammes à la frontière avec le Soudan du Sud.

Le porte-parole de l'armée soudanaise n'était pas joignable dans l'immédiat, alors que l'accès à cette région est interdit aux journalistes.

Arnu Ngutulu Lodi, porte-parole des rebelles du SPLM-N, la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan, a affirmé que l'avion de fabrication soviétique qui survolait la zone à basse altitude avait été touché par des tirs d'armes automatiques mercredi après-midi.

"Ils ont tiré sur l'appareil jusqu'à ce qu'ils aient vu l'aile en feu", a-t-il dit à l'AFP. L'appareil s'est écrasé près de la ville de Jau, à la frontière avec le Soudan du Sud.

Selon lui, après avoir entendu une explosion, des habitants de cette région isolée ont vu "l'avion en flammes" et ont raconté qu'il avait "brûlé toute la nuit".

Les rebelles sont en route vers le lieu où a chuté l'appareil afin de prendre des photos, a-t-il poursuivi, en affirmant qu'il s'agit au moins du deuxième Antonov abattu par les rebelles depuis le début des combats au Kordofan-Sud en juin 2011.

M. Lodi a précisé que les insurgés avaient intercepté des communications du pilote de l'Antonov indiquant que l'avion avait été touché.

Selon lui, l'Antonov, avant d'être abattu, avait bombardé la ville de Kauda, tenue par les rebelles, de même que les secteurs de Heiban et de Habilla.

Les rebelles avaient affirmé auparavant avoir mis la main sur des mitrailleuses lourdes des forces gouvernementales.

Nuba Reports, un site internet animé par des citoyens journalistes dans les montagnes Nuba, au Kordofan-Sud, a indiqué qu'un Antonov volant à basse altitude avait lâché des bombes près du marché de Kauda mercredi après-midi.

Une bombe tombée à Heiban a tué un soldat rebelle et blessé un autre, de même qu'un civil, a rapporté Nuba Reports.

M. Lodi a indiqué qu'un civil, et non un rebelle, avait péri.

Dans un incident séparé tôt mercredi, les rebelles ont affirmé qu'ils avaient tendu une embuscade à l'armée et tué dix soldats sur la principale route menant au nord depuis Kadugli, la capitale du Kordofan-Sud.

Le SPLM-N a fait état d'une multiplication des raids gouvernementaux et des combats depuis la signature fin septembre entre Juba et Khartoum d'un accord en vue de la mise en place d'une zone tampon frontalière démilitarisée afin de couper les lignes d'approvisionnement des groupes rebelles.

Le Soudan accuse le Soudan du Sud, qui dément, de soutenir la rébellion.

Le SPLM-N avait combattu Khartoum aux côtés des sudistes durant plus de deux décennies de guerre civile qui ont abouti à un accord de paix en 2005 et à l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

it/bpz/vl/cnp