NOUVELLES
07/11/2012 01:14 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Un refuge pour terroristes au nord du Mali menacerait la sécurité mondiale (Westerwelle)

L'établissement d'un "refuge pour terroristes" dans le nord du Mali menacerait la sécurité mondiale, a souligné mercredi le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, lors d'une visite à l'ONU consacrée aux dossiers malien et syrien.

Interrogé sur les préparatifs pour une opération militaire dans la région, le ministre a estimé qu'il était "un peu tôt pour dire" si le plan élaboré par les pays d'Afrique de l'Ouest était suffisant pour permettre d'intervenir rapidement.

Réunis mardi à Bamako, les chefs d'état-major de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont adopté un plan de reconquête du nord du Mali qui sera soumis aux chefs d'Etat ce week-end.

"Il est dans notre intérêt en matière de sécurité que ne s'instaure pas un refuge pour terroristes dans le nord du Mali, ce serait une menace pour la sécurité du monde, notamment des pays voisins et de l'Europe", a déclaré à la presse M. Westerwelle. "Nous devons donc stabiliser le nord du Mali et aider le gouvernement malien au Sud".

M. Westerwelle a notamment rencontré à New York le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et des diplomates des pays membres du Conseil de sécurité.

Le chef de la diplomatie allemande avait effectué jeudi dernier une brève visite à Bamako où il avait rencontré le président de transition Dioncounda Traoré, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra, et son homologue malien Tiéman Coulibaly.

L'Allemagne s'est déclarée prête à participer à une mission militaire internationale pour "aider les Africains" à stabiliser le Nord-Mali.

Le 12 octobre, le Conseil de sécurité a adopté une résolution préparant le déploiement d'une force internationale de quelque 3.000 hommes et donnant jusqu'à fin novembre à la Cédéao pour préciser ses plans.

Depuis avril, des militants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), leurs alliés touareg d'Ansar Dine et les jihadistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) imposent la charia dans le nord du Mali et une partition de ce pays.

avz/sam