NOUVELLES
07/11/2012 02:44 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Obama aux chefs de partis au Congrès: priorité aux "intérêts des Américains"

Le président Barack Obama, réélu mardi, s'est entretenu avec les chefs du Congrès pour évoquer le programme législatif des deux mois à venir, et a souhaité que la priorité soit donnée aux "intérêts des Américains", a annoncé mercredi la Maison Blanche.

M. Obama a été reconduit à la tête de la première puissance mondiale, battant nettement son adversaire républicain Mitt Romney à l'issue d'une campagne électorale acharnée qui s'est aussi soldée par un statu quo au Congrès: la Chambre des représentants est restée républicaine et le Sénat démocrate.

Cette situation, en place depuis les élections législatives de fin 2010, a donné lieu à de graves crises, en particulier sur les questions budgétaires. Les républicains ont refusé d'inclure des hausses d'impôts dans tout accord, tandis que M. Obama souhaitait faire payer davantage les plus aisés.

"Dans la nuit et ce (mercredi) matin à Chicago, le président a appelé au téléphone le président (républicain) de la Chambre, John Boehner, le chef de la majorité (démocrate) au Sénat Harry Reid, le chef de la minorité républicaine au Sénat Mitch McConnell et la dirigeante de la minorité démocrate à la Chambre Nancy Pelosi", a indiqué un responsable de la Maison Blanche sous couvert d'anonymat.

Le président souhaitait évoquer "le programme législatif jusqu'à la fin de l'année", le nouveau Congrès ne prenant ses fonctions que début 2013.

Lors de ces appels, "le président a réaffirmé son engagement à trouver des solutions soutenues par les deux partis pour réduire notre déficit de façon équilibrée, réduire les impôts de la classe moyenne et des PME, ainsi que créer des emplois", selon la même source.

Pour M. Obama, les Américains ont exprimé mardi "le souhait de voir les dirigeants des deux partis mettre de côté leurs intérêts partisans et travailler ensemble pour donner la priorité aux intérêts des Américains et à l'économie" du pays.

Lors de sa campagne, M. Obama avait dit espérer davantage de coopération des républicains s'il était réélu. Mais dès mardi soir, M. Boehner, qui a toutes les chances de rester le chef de la chambre basse du Congrès, s'est campé sur une position ferme, refusant d'avance une hausse de la fiscalité.

tq/mdm