NOUVELLES
06/11/2012 07:02 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

USA: se rendre aux urnes, un défi de plus pour les sinistrés de Sandy

NEW YORK, États-Unis - Voter à la présidentielle américaine est un défi de plus qu'ont dû affronter des centaines de milliers de personnes à New York et au New Jersey toujours affectées par la méga-tempête Sandy.

Des sinistrés ont peiné à se rendre à des bureaux de scrutin qui n'étaient pas endommagés pour pouvoir voter dans l'une des élections les plus chaudement disputées de l'histoire américaine, certains d'entre eux quittant des endroits dévastés à bord de navettes spéciales pour exercer leur droit de vote.

Les équipes du président sortant Barack Obama et de son rival républicain Mitt Romney ont toutes les deux longtemps tenu pour acquis que cette région démocrate appuierait M. Obama.

Le taux de participation paraissait élevé en début de journée, malgré des machines défectueuses et de la confusion quant aux endroits où aller voter.

Certains ont été forcés de voter à l'aide de lampes de poches, et des bureaux de vote se trouvaient à l'intérieur de tentes.

À cause du grand nombre de personnes déplacées, le gouverneur de New York Andrew Cuomo a émis un ordre exécutif spécial permettant aux électeurs de voter dans n'importe quel bureau de vote dans l'État. Des mesures similaires ont été prises au New Jersey.

«Oh mon Dieu, j'étais tellement anxieuse de pouvoir voter», a déclaré Annette DeBona, 73 ans, de Point Pleasant Beach, un endroit du New Jersey hautement endommagé par la récente tempête.

«C'est le vote le plus gratifiant que j'aie fait de ma vie», a-t-elle ajouté après avoir voté à l'aube.

Des dizaines de milliers de gens le long de la côte atlantique, dont plusieurs vivant dans des logements sociaux, peinaient pour obtenir de l'hébergement une semaine après la tempête, alors que les températures tombaient sous zéro et que l'électricité n'était pas revenue. Quelques désespérés ont même brûlé leurs meubles.

Plus d'un million de domiciles et d'entreprises sont toujours sans électricité dans la région.

Le gouverneur de New York a rappelé que «ce n'est pas parce que vous êtes déplacés que vous n'avez pas de droits», a-t-il dit.

«Comparativement à ce que nous avons eu à affronter au cours de la dernière semaine, ça sera facile quand viendra le temps d'aller voter.»