NOUVELLES
06/11/2012 10:14 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST

Tunisie: des salafistes manifestent pour la libération de prisonniers

Plusieurs centaines de sympathisants salafistes ont manifesté mardi à Tunis pour réclamer la libération des personnes arrêtées ces derniers mois, notamment la centaine de militants emprisonnés après l'attaque de l'ambassade américaine, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous ne sommes pas des extrémistes, nous sommes des musulmans", ont scandé les manifestants, rassemblés face au ministère de la Justice et encadrés par un important dispositif de sécurité.

La mouvance salafiste, qui se dit victime d'une répression, estime à 900 le nombre de ses partisans placés en détention en Tunisie depuis la révolution de janvier 2011 qui avait été suivie d'une amnistie pour les prisonniers politiques, notamment islamistes.

Le ministère de la Justice rejette ce chiffre, estimant à 150-200 le nombre de personnes arrêtées lors de violences impliquant des groupuscules islamistes radicaux. La plupart l'ont été lors de l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis le 14 septembre dernier.

"Nous sommes les plus attachés à la réforme, nous veillons à la sécurité et aux intérêts du pays. La preuve: nous sommes réunis aujourd'hui pour attirer l'attention du monde sur l'injustice que subit notre courant depuis un an environ", a déclaré à l'AFP Khamis Al Majeri, une des figures du salafisme en Tunisie.

La semaine dernière, des militants salafistes jihadistes présumés ont attaqué dans la banlieue de Tunis deux postes des forces de l'ordre, qui ont répliqué tuant deux assaillants.

Un imam a peu après appelé à faire la "guerre" au gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda. Les dirigeants de la mouvance salafiste ont rejeté ces propos tout en mettant en garde contre une "explosion de la colère".

Ennahda a promis de serrer la vis face aux salafistes jihadistes après une série de violences orchestrées par cette mouvance rigoriste de l'islam sunnite, alors que l'opposition accuse le gouvernement de laxisme à leur égard.

mh-alf/feb